[+16] Et ça, je peux te le voler ? B9rmV6G
-60%
Le deal à ne pas rater :
Samsung Disque Dur Portable SSD Portable T5 (1 TB)
166.98 € 419.90 €
Voir le deal

[+16] Et ça, je peux te le voler ?

Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyLun 27 Avr - 17:02

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

Une belle journée qui s'annonce.

La journée était splendide, Theo était aux anges. Un temps pareil ça attirait les badaud. Et les badauds, ça avait les bourses pleines, et Theo il aimait bien les bourses pleines.

Il avait dépensé les premières heures du jour à débarrasser ses vêtements des marques de ses derniers déboires. C'était à dire que les braves gens de ce village fronçaient facilement le nez fasse aux traines misères. Et cette fois, il en était convaincu, il saurait passer inaperçu. Son déguisement d'homme dans la norme était prêt, ses ongles étaient propres, même ses cheveux avaient été démêlés pour l'occasion.

"Prêts ou pas j'arrive...", murmura t-il alors qu'il pénétrait dans le village, un sourire chafouin au coin des lèvres.

Il commença par le vendeur de beignet, à qui il emprunta une pâtisserie en faisant mine de compter fleurette à une locale. Elle n'était pas intéressée, Theo hossa les épaules ; pas de beignet pour elle. Il passa devant le marchand de pierreries sans s'arrêter, il était trop tôt pour ça. Le type était encore bien trop alerte et puis, après avoir touché à ça il faudrait déguerpir. Or, les rayons du soleil ainsi que les effluves sucrées lui chatouillaient le nez, la matinée était encore pleine de promesses.

Comme il avait fini son encas, sa bouche était sèche et ses lèvres collantes. Il s'approchait d'une fontaine lorsque son regard glissa sur un paquetage bien dodus. Le voyageur devait venir de loin et apporter tout un tas de marchandises fraiches. Theo se mit à saliver. Il se mêla à un groupe d'adolescents bruyants et laissa une de ses mains caresser furtivement le dessus du colis. Il continua de marcher au même rythme tout en jouant du poignet, ainsi si le voyageur percevait un mouvement il penserait qu'il l'avait frôlé par mégarde.

Theo attendit patiemment d'avoir atteint le côté opposé de la fontaine pour examiner son butin. Il n'avait aucune idée de ce qu'il avait récolté, mis à part qu'il sentait plusieurs objets de petite taille rouler contre sa paume. Il s'assit sur le rebord du bassin de manière à placer les jets d'embruns entre lui et l'ancien propriétaire du trésor. Lorsqu'il ouvrit les doigts il découvrit une dizaine de petites billes carmines, boursouflées et appétissantes. Lui qui avait passé la moitié de son adolescence à prétendre être un cueilleur, il n'en avait jamais croisé des comme ça. Il les examina avec curiosité, ce qu'il pouvait déduire de son examen... c'est qu'elles avaient l'air juteuses.

Il en avala une, puis en fit éclater une deuxième sous sa dent. Délicieux, un peu acide mais avec ce bon goût de reviens-y. Il en mastiquait deux autres quand il s'aperçut que sa soif n'était pas étanchée. Alors qu'il se penchait sur la fontaine en s'agrippant au rebord d'une main, il faillit s'étouffer. Déséquilibré, il se tira maladroitement en arrière et atterrit sur son séant en soulevant un petit nuage de poussière. Il porta alors la main à sa gorge, il ne savait pas ce qu'il avait fait mais elle le faisait à présent souffrir

Il tenta d’apaiser la brulure en insérant une baie supplémentaire entre ses dents. Le jus coula sur sa muqueuse douloureuse mais il se trouva bien incapable d'en avaler la chaire. C'était comme si sa gorge s'était fermée. Il la sentait se serrer et essayait de déglutir sans succès, ce qui l'amena rapidement à manquer d'air. Theo commença à paniquer, il tomba à quatre pattes et ouvrit grand la bouche, essayant désespérément de s'emplir d'air, d'espoir, de quoi que ce soit. Mais rien à faire, il commençait à trembler et à suffoquer, il roula sur le flanc tandis que ses mains griffaient l'air et le sol poussiéreux du marché.

Alors c'était ça, la fin ? À choisir... tiens d'ailleurs, qu'est ce qu'il aurait choisi ? Ce que je peux vous dire, c'est qu'il n’eût pas le loisir de répondre à cette question. La trachées qui s’étrécit, l'estomac dont les remontées acides font pression par opposition, l'oxygène qui n'atteint plus le cerveaux. Le corps de Theo est en train d'essayer d'expulser un poison mortel. Il ne lui laisse pas le répits nécessaire à l'introspection, et de toute manière qu'attendiez vous de la part de Theo ? Il est un peu tard pour se mettre à réfléchir à ses actes. Trop tard pour les bilans, trop tard pour les pardons. Trop tard pour se racheter auprès de la seule femme à laquelle il aurait dû dire qu'il regrettait, la première qu'il n'ai pas méritée.

"Ma- man..." réussit-il a s'extirper avant d'expulser un torrent boueux.
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyMar 28 Avr - 11:15

Voler c'est bien mais c'est mal...

★ Feat Theo

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
Naah~

J'ai la désagréable impression de m'être fait chouraver un truc. Je veux dire, tout à l'heure, je marchait tranquillement en comptant la paye de mon dernier contrat. Je réfléchissait à si j'en ferait un autre à Tharros ou pas étant donné que je n'aime pas ce pays puis il y a eut ce groupe de wlaad en train de jouer (ou de se bagarrer, j'ai pas trop fait attention), puis mon sac s'est mis à bouger de façon bizarre. Je veux dire, c'est ptêt moi qui me fait des idées mais c'était un ptit mouvement, pas le genre de mouvement qu'on fait quand on bouscule quelqu'un non non non, un ptit mouvement bien vicieux.

En examinant mes affaires, je m'aperçoit qu'il me manque en effet quelque chose. Mais l'abruti qui a volé ce quelque chose doit être en train de mourir quelque part si il a mangé ça. Mes baies rouges empoisonnées, les yeux d'Ilios qu'ils appellent ça, une race qu'on trouve que dans le sud de Tharros, les toutes premières de leur portées. En trouver en cette saison a été une chance. Pour moi. Pour le voleur. Non. Je me retourne pour voir si quelqu'un s'est effondré comme une patate derrière moi dans la rue. Et ça n'a pas manqué, prêt de la fontaine, quelqu'un est en train de convulser. Abruti. Je vais m'approcher juste pour voir puis je partirais, si les déesses de la toundra ont décidé de ramener son âme à sa terre natale, il n'y a rien que je puisse...

« Theo... ?! »


Quoi...Lui ? Pourquoi d'entre tout les abrutis faut-il que ce soit cet abruti ? Il ne faut pas que je le laisse mourir. Ah ça non. Je lui en dois trop, c'est presque lui qui m'a apprit l'alasyen, c'est un frère de rue. Je peux pas le laisser rejoindre sa terre natale, pas encore, les déesses attendrons et elles me pardonnerons, elles connaissent l'importance des liens entre deux frères d'âmes.


« Poussez-vous, saadash ! Il meurt ! »


Je pousse la foule qui s'attroupe autour du spectacle sans la moindre délicatesse, je crois que y en a un qui est tombé sur ses fesses même, rien à faire. Là maintenant tout de suite, je dois sauver Theo. Cet idiot ne peut pas avoir une mort aussi idiote.

« Pourquoi tu as fais ça ?! Il fallait me le dire si t'avais faim ! »


Question débile, comme si il pouvait me répondre, il est en train de vomir. Et ça c'est bien, très bien, bon signe que dirait oumma. Son corps veut pas du poison, avec de la chance, il n'a pas manger plus de cinq baies. J'espère parce que je n'ai aucun remède pour ce poison-là. Nardinamouk ! Le voilà qui tombe sur le coté pour se mettre à convulser, il fallait qu'il continue de vomir ce saadash ! Pas le choix, je fouille dans mes affaires et en ressort une de mes plumes de paon, outils obligé quand on est un empoisonneur. Je me met à califourchon sur lui pour le maintenir immobile, le saisit par la mâchoire et lui enfonce la plume dans le gosier.

« Vomis, par les déesses ! »


Et ça ne tarde pas, il rend tout ce qui reste dans son estomac au sol, ça dure bien quelque minutes, je lui tapote le dos doucement et jette la plume souillée au loin. Au moins, il peut à nouveau parler cet idiot, vu qu'il appelle sa mère en gémissant comme un wlaad.

« C'est ça, oumma, oumma, va ! Espèce d'idiot, t'as failli mourir ! »


Je râle mais au fond je suis content qu'il aille mieux. Je me relève et je le regarde d'un air embarrassé. Même sans poison dans son ventre, il va continuer à trembler pendant les jours qui suivent, délirer sûrement, et la fièvre, n'en parlons pas. Il est pas encore totalement sauvé des déesses, il faut que je m'occupe de lui. Il a de la chance que j'ai reçu ma paye cet abruti, je vais pouvoir lui payer une chambre à l'auberge. Je le porte comme je peux dans celle la plus proche et pose une belle somme sur le comptoirs.

« Me faudrait une chambre pour deux, siouplait'... »


Pas le temps de parler correctement, je suis essoufflé, il pèse son poids le Theo ! Le tavernier nous regarde d'un air méfiant. Je rajoute un peu de pièces en soupirant, il hoche la tête et me tends une clé.

« C'est la 5, pas d'ennuis sinon... »


« Chokran, chokran... »


Je m'en vais monter l'escalier, c'est un calvaire, avec l'idiot sur mon dos et la clé entre les dents. Les gens de la taverne nous regardent comme si on était des singes. Arrivé dans la chambre, je le jette sur le premier lit et commence par le déballer un peu de ses vêtements. Pas besoin de vérifier qu'il est fiévreux, ça se lit sur son visage. Ensuite, je prends ma gourde d'eau pour humidifier un tissus et lui poser sur le front. Tout ça en le traitant plusieurs fois d'abrutis. Je pense que c'est la peur qui parle à ce stade. Je lui penche un peu la tête pour qu'il puisse boire aussi et je nettoie le reste de saleté sur son visage. Une fois tout ça fait, je m'assoie sur le deuxième lit en soupirant, attendant que monsieur Theo le voleur du dimanche reprenne ses esprits.

Et c'est là, en touchant mes joues toutes mouillées, que je réalise que j'étais en train de chouiner pendant tout ce temps...

Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyMar 28 Avr - 16:19

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

Pourquoi il est grognon, le minou ?

À chaque haut le cœur, Theo a l’impression de recevoir un coup de point en pleine poitrine, tandis que sa gorge à vif irradie d'une douleur blanche. Il sent une lame fourrager dans son flan droit, cette sensation là est plus familière. Il ne voit plus rien et n’entends que le sang battre à ses oreilles. Si c’est son sang c’est bon signe, se dit-il. Il tente de rouler sur le ventre pour continuer à expulser mais en est incapable.

Un gros chat est assis sur sa poitrine. Il sait que c’est un chat parce qu’il l’entends cracher au dessus des battements de son corps, et parce qu’il sent sa fourrure lui chatouiller le ventre. Et puis il doit être bien gros, pour l’empêcher de bouger. Theo a l’impression que sa gorge est vide, ou peut être que son ventre est vide, mais cela n’a pas d’importance car l’ensemble ne forme qu’une colonne palpitante. En tous les cas il se sent soulagé.

Il est en train d’avancer, maintenant. Il ne sait pas pourquoi ni comment, par contre il sent très bien le filet de bave qui coule sur son menton et jusque sur un truc tiède. Le truc tiède, c’est le chat. Theo est très fière de cette  déduction. C’est facile, il est encore en train de grogner, et puis il est très poilu. Theo en profite pour essuyer son menton dans sa fourrure.

« Mais voyons Theloinne, est ce ainsi que tu te comportes à table ? Essuies toi dans ta serviette, mon garçon.
- Mais Mamaaan… a serviette… ‘est le chat. »
barbote t-il d’une voix plus faible qu’un gargouillis.

Sa mère détourne son visage et reprends la conversation qu’elle avait entamé à voix basse avec une paire de canes à chapeau. Les canes ont l’air très distinguées et elles caquettent d’un air dédaigneux en direction de Theo. Celui-ci voudrait leur faire ravaler leurs paroles, mais il n’arrive qu’à agiter mollement les pieds et les oiseaux s’éloignent.

Theo est très en colère mais il respire aussi l’odeur de Maman. Elle sent la lavande, comme quand il était petit. Il sombre doucement, et à chaque spirale qui l’entraine vers le fond de sa conscience, il régresse un peu plus. Lors qu’il arrive en bas, il se roule en boule et se met à sucer son pouce.

Tout va trop vite. La maison est en flamme et le décors ardant tournoie autours de sa tête. Il sent les milliers de petites pattes des insectes sur et sous sa peau. Ils ont des têtes d’harfangs et ricanent en glissant sur ses clavicules. Theo essaie de rouler pour les écraser, mais sa chaire est trop lourde. Il se concentre sur sa main, tandis que l’étau se resserre et qu’il commence à étouffer, s’il arrivait à bouger rien qu’un doigt, rien qu’un muscle… Le chat apparait au dessus de lui et ordonne :

« Respire. »

Theo se réveille en sursaut en avalant une grande goulée d’air. Des draps sont entortillés autours de ses membres, il essaie de s’agiter mais le tissu trempé lui colle à la peau. Il a du mal à regarder autours de lui, et ses yeux embués n’arrivent pas à faire le point. À bout de force, il arrive à peine à se demander ce qu’il fait là et depuis combien de temps.

Enfin, il arrive à se hisser sur le ventre et se traine jusqu’au bord du lit. La pièce est plongée dans la pénombre, mais contre le mur opposé il distingue un lit, et sur ce lit un corps assoupi. Theo plisse les yeux, il croit deviner les contours d’un gros chat. Il bat les paupières, ce n’est pas un chat mais un homme. Un souvenir fantôme rode aux abords de sa conscience.

« Saaadash ? », souffle t’-il dans le noir.

Il est aussitôt pris d’une quinte de toux, sa gorge est irritée et sa langue sèche comme un parchemin. Theo s’agrippe aux draps et d’un mouvement de levier, bascule à terre, espérant que le bruit de sa chute réveillera son bienfaiteur.
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyMer 29 Avr - 14:22

   

La fois où mon akhi m'a prit pour un chat....

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
Le saadash a déliré pendant toute une journée. Moi qui comptait reprendre le chemin vers Dexia, naah~. Mais je pouvais pas le laisser, non non non. Même si c'est plus simple pour moi. Je crois qu'on peut dire que c'est quelque chose de mal si je le fais. Puis j'ai pas envie de le faire donc on va dire que c'est mal. Il a passé tout son délire à parler de mchaa, de sa oumma et d'autres choses bizarres. Fallait s'y attendre, manger des yeux d'Ilios comme des groseilles, faut vraiment qu'il soit débile. Mais c'est Theo. Theo est débile.

« Naah~, si au moins t'étais pas bavard... »

Je lance alors que le soir vient pour cette première journée de soin. Un bol d'eau froide sur la table de chevet, une pile de linge humide, le tout à ajouter au tarif de l'auberge mais au moins, j'ai de quoi faire. Pour les vêtements, je suis allé lui en acheter des neufs et j'en ai profiter pour le changer parce que bien évidemment il s'était fait dessus. Nardinamouk, il a intérêt à me dire merci ! C'est après tout ça de fait que j'ai commencé à dormir. Enfin pas totalement mais je me comprends. Somnoler que ça se dit je crois.

Puis soudain...

Paf, sur le sol cet abruti. J'me redresse comme je peux, encore un pied dans le sommeil, je marmonne des trucs en notien avant de regarder vers le lit de Theo. Et comme j'ai dis, sur le sol. Il s'est mangé le bois du parquet.

« Saaadash ? »


Qu'il me souffle. Non mais j'y crois pas !

« C'est moi le Saadash ? Au moins moi je mange pas tout ce qui me tombes sous la main ! »

Je me lève, l'attrape par les épaules et le remet dans son lit sans la moindre délicatesse, puis je prends un linge, je le plonge dans l'eau et je lui met sur le front en faisant de vilains yeux. Puis j'écarte les mèches de cheveux qui sont sur son visage et je lui fait une pichenette sur le nez.

« Pourquoi tu m'as chouraver, hein ? Tu sais que t'as qu'à demander, akhi ! »
   
Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyMer 29 Avr - 19:58

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

La fièvre, la commotion ;
20 minutes de Theo qui phase.

Son crâne fit un choc sourd en heurtant le sol. Pas vraiment fort, mais un choc quand même. Il n'aurait pas su expliquer pourquoi, mais Theo trouvait cela hilarant. Il se mit à ricaner doucement, ses épaules tressautant légèrement, tandis qu'il basculait à plat ventre. Il avait chaud, vraiment très chaud, et le rire empirait les choses, il faisait donc de son mieux pour le réduire en un gloussement.

Quand soudain, une paire de pieds entra dans son champs de vision. Dans sa surprise, Theo en oublia de glousser, il venait de se rappeler où il était. Il sentit des mains vigoureuses le retourner puis l'agripper sous les aisselles pour le soulever. Après plusieurs tentatives infructueuses, il parvint à lever le regard vers son sauveur.

Theo écarquilla les yeux, pour le coup et pendant dix bonnes secondes, il ne trouva rien à dire. Il était en train de se faire remettre au pieu par le seul et unique Nyr. Mais pas le Nyr de la dernière fois, celui la était très différent.

Déjà, puisqu'il le voyait par en dessous, il était plus grand, ça c'était logique. Bon, et après ses cheveux étaient plus grands aussi, enfin pas tous, surtout ceux qui faisaient des nœuds sophistiqués sur le côté. Ils étaient plus brillants aussi, et plus souples sûrement, plus doux ?

Theo louchait avec insistance sur la tresse de Nyr, assez rapidement, il ne tint plus et leva une main molle pour tenter de l'attraper. Il ne parvint qu'à donner une petite tape dans la mèche aguicheuse, ce qui était déjà un exploit dans sa condition.

Comme la tresse se dandinait sous son impulsion, Theo reparti dans son hilarité. Il observait les manigances de Nyr qui se déplaçait dans la chambre. Manifestement, il avait tout prévu... pour s'occuper de lui. Theo voyait clair dans son jeu, il était évident que Nyr s'était inquiété pour lui, ce qu'il trouvait très drôle également.

« Nyr... j'ai rêvé que t'étais un gros chat. » réussit-il à hoqueter entre deux halètements.

Il continuait à observer d'un œil bovin les moindres faits et gestes de Nyr, remerciant Ilios pour la vue qui s'offrait à lui. Vraiment il devait bien s'en sortir ce garçon, il avait pris de la masse. Attention il restait tout à fait svelte mais Theo savait reconnaître un régime riche en protéines.

« Je suis content que tu manges bien tes protéines, chaton. », murmura t-il alors que ses paupières s'alourdissaient.

Il sentit le linge froid entrer en contacte avec sa peau brulante, et en cet instant il n'existait pas de sensation plus délicieuse. Il soupira d'aise. Lorsqu'il rouvrit les yeux sur la mine grognonne de Nyr il ne pût réprimer un gloussement ; il était vraiment trop mignon.

Les doigts de Nyr virent écarter délicatement le chaos qui régnait autours de son visage, et le cerveau de Theo se déconnecta un instant. Rétrospectivement, il pensait vraiment vivre le meilleur moment de sa vie. La pichenette le ramena à la réalité, il eut un petit mouvement de recul et ronchonna comme un enfant.

« Pourquoi tu m'as chouraver, hein ? Tu sais que t'as qu'à demander, akhi ! », demanda Nyr d'un air très sérieux qui ne manqua pas de faire pouffer Theo.

Il crut voir l'ombre de la déception dans les yeux de Nyr et s'en voulu immédiatement. Comme dessoulé, il se redressa aussi rapidement et aussi prestement qu'il en était capable, c'est à dire pas tellement.

« Attends attends, laisses moi... », il s’interrompit pour retirer en douceur le linge imbibé de son front et l'essora au dessus de sa bouche avant de le replacer de travers.

« Si j'avais su que je volais à un gros chat j’orrais pas volé, pour commencer.... Ensuite euh... J'ai pas fait exprès. Voilà. Tu me connais : parler fort, réfléchir pas fort. » Il s'arrêta un instant pour faire l'exégèse de son résonnement, mais tout lui semblait correcte. Theo frissonnait sans s'en apercevoir, bien que sa température corporelle restait élevée, il commençait à avoir des sueurs froides. Il reprit :

« Bien sûr que je t'aurais demandé, et puis avant ça je t'aurais sauté dessus putaaaain, c'est fou de te revoir comme ça, t'es si beau, j'y crois pas. », il leva son visage vers Nyr et lui offrit bien à son insu le plus large et le plus nias des sourires.

« T'es sorti de la rue ça se voit, tu parles trop bien maintenant, t'as fait tellement de progrès, je suis hyper fière de toi, non mais regarde la chambre et tout ce que t'as payé quoi, mais d'où tu sors ça, tu sais combien de temps j'aurais tapiné moi pour ça, faut vraiment que j’apprenne à me concentrer, si je pouvais me concentrer, et je t'ai pas dit j'adoooore ta natte, ça pousse c'est complètement fou ça aussi, t'as vu moi aussi j'ai... » une quinte de toux stoppa nette sa tirade.

Une fois l'épisode passé, Theo se laissa retomber dans les draps, essoufflé. Il tira sur le col de sa chemise dans l'espoir de libérer sa gorge. Il avait du mal à respirer, allez savoir pourquoi. Prenant conscience qu'il était à présent gelé, il s'agita mollement en gémissant.

« J'ai froid, viens dormir avec moi gros chat tout chaud. », marmotta t-il du ton suppliant d'un enfant privé de dessert. « Promis demain, tu me pardonnes, promis promis... » Il était on ne peut plus sincère.
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyMer 29 Avr - 21:07

 

La fois où mon akhi m'a (encore) prit pour un chat....

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
J'ai froncé les sourcils avec Theo qui me déblatère son histoire de mchaa, je suis pas un mchaa à la dernière nouvelle. Il pensait faire quoi en bavant sur mes cheveux quand je le portait, s'essuyer sur ma fourrure ? Naah~ ! C'est lui le chat, il arrête pas de jouer avec ma tresse. Il l'aime pas ou quoi ? C'est des cheveux trop longs à son goût ? Il peut parler, lui c'est une serpillière qu'il a sur la tête, quand tout ça sera finit, je jure de lui payer un bon bain.

Et une coupe de cheveux. Naah~

« Nyr... j'ai rêvé que t'étais un gros chat. »

« Oui et tu appelais ta oumma tout le temps, elle te manques tant que ça ? »

Je dis d'un air inquiet. Il doit être malheureux. Je me demande une seconde si il n'était pas au courant de ce qu'il mangeait et qu'il avait décidé que cette vie d'abruti devait finir maintenant. Et si jamais il savait que c'était moi, et si il savait combien de baies il fallait manger pour mourir, et si...

« Attends attends, laisses moi... »


Le v'la qu'essaye de se redresser, je le stoppe d'un signe de main, manquerait plus qu'il se casse encore la figure ce saadash ! J'ai pas le temps de l'arrêter qu'il se met à boire l'eau du tissu sur sa tête avant de le replacer n'importe comment. Soupire de Nyr pas content. Je lui enlève le linge, en reprends un bien humide et lui remet sur la tête.

« Si t'as soif, t'as qu'à demander, par les Dingira ! »

« Si j'avais su que je volais à un gros chat j’orrais pas volé, pour commencer.... Ensuite euh... J'ai pas fait exprès. Voilà. Tu me connais : parler fort, réfléchir pas fort. »

Ah ça, il pouvait pas mieux résumer ce qui se passe dans sa petite tête de moineau. Mais ce qui m'inquiète, c'est qu'il tremble comme une feuille sous le vent. Cette andouille a toujours la fièvre. Naah~, je vais lui chercher des vêtements de rechange. Mais le voilà qui recommence à raconter des choses pas intelligentes du tout.

« Bien sûr que je t'aurais demandé, et puis avant ça je t'aurais sauté dessus putaaaain, c'est fou de te revoir comme ça, t'es si beau, j'y crois pas. »

« Naah~ »

Il me rend rouge comme une tomate cet abruti. C'est pas souvent qu'on me dit que je suis beau. Enfin, je veux dire, beau comme un garçon. Des fois, Anu me disait que j'étais belle. Mais j'aimais pas ses compliments. A l'époque je savais pas trop pourquoi, maintenant je sais. Pour en revenir à Theo, dès qu'il approche son visage du mien, je recule instinctivement en marmonnant quelques jurons embarrassés en notien.

Je l'écoute tranquillement déblatérer ses louages. Toujours rouge tomate. A y repenser, c'est vrai que quand j'étais dans les rues de Dexia, j'avais vraiment la tronche d'un muuta. Et maintenant j'ai l'air de quoi ? D'après lui d'autre chose. D'autre chose de bien. Peut-être plus d'un garçon. C'est plutôt bien finalement la vie de mercenaire. Pour répondre à sa question d'où je sort tout mon flous, je lui réponds aussi simplement que possible, parce qu'il est encore fiévreux.

« Des gens me payent pour tuer d'autres gens, c'est tout. »

Puis je me rends compte que ça sonne pas très légale et si Theo se met en tête de tuer des gens au pif dans la rue, il va avoir des ennuis, donc j'ajoute vite.

« Je suis mercenaire... »

Je le regarde s'affaler à nouveau dans son lit, il se secoue comme un ver de terre et veut enlever son col, je soupire et l'aide à simplement déboutonner sa chemise en entier. Puis voilà qu'il me demande à ce que je me colle contre lui comme si on était un troupeau de yacks. En fait, ça me gène pas, dans ma tribu on faisait ça quand le Repos se faisait trop froid. On se collait les uns les autres pour avoir chaud. Sauf que cet abruti a la fièvre. Alors je sais pas trop quoi faire.

« Promis demain, tu me pardonnes, promis promis... »

« Naah~, reste à voir, ahiraa... »

je lui jette un drap à la figure et je rapproche mon lit pour le coller au sien.

« Je veux bien dormir à coté de toi mais compte par sur moi pour le coller à toi, t'as la fièvre et il faut que ton corps refroidisse. Le chaud c'est pas bon. »
 
Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyVen 1 Mai - 0:08

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

Qu'est ce qui est rouge,
qui monte et qui descends ?

Cette nuit la, Theo dormit comme un bébé. Les premières heures avaient été agitées, mais il avait fini par se calmer lorsqu'il avait passé un bras autours de Nyr qui dormait paisiblement dos à lui. La respiration régulière de celui-ci l'avait plongé dans une douce torpeur, si bien qu'il se réveilla détendu. Et s’il n’avait pas récupéré toutes ses facultés mentales, du moins s’était-il élevé au dessus de celles d’un enfant de 5 ans.

« Ai… soif… » furent les premiers mots à franchir péniblement ses lèvres gercées.

Bien qu’il pensait que sa reconnaissance envers Nyr avait atteint son paroxysme, il la vit grandir encore quand celui-ci l’aida à se désaltérer. Il en profita pour observer le visage de son bienfaiteur, il restait sous le choc de leurs retrouvailles.

« Tu sais, par rapport à ce que tu me disais hier… Ouais, je t’entends même quand je suis pas en état de répondre », il interrompit sa tirade pour décocher un clin d’œil espiègle à son compagnon « Je suis content que t’ai trouvé un métier qui te plaît. » Il termina par un gloussement pour faire bonne mesure avant de se laisser retomber dans les draps froissés.

Voilà qu’il avait à nouveau chaud, Theo ne savait plus vraiment où donner de la tête, et celle-ci commençait à lui tourner. Il frotta son visage de ses deux mains avant de les laisser retomber sur son torse glabre. Il prit alors conscience d’un élément… intéressant.

Sa chemise était grande ouverte dans un manque de pudeur qui lui correspondait somme toute assez bien. Cependant Theo ne se souvenait pas avoir ouvert ces boutons, et au delà de ça il ne se souvenait pas posséder un tel vêtement. Ce qui ne pouvait vouloir dire qu’une seule chose. Il se tourna vers Nyr, un grand sourire dévoilant ses canines.

«  En fait, t’en as profité pour me déshabiller ? », dit-il d’un air chafouin.

Ce n’était peut être pas très gentil d’asticoter Nyr de cette façon, mais Theo s’était découvert une nouvelle addiction pour la teinte carmine qui venait colorer délicatement les pommettes du jeune homme. Les mots suivants lui échappèrent avant qu’il ai eu le temps de les murir :

«  T’es encore plus appétissant que les baies que tu m’as refilées l’autre jour. », il éclata ensuite d’une rire enfiévré face à l’absurdité de ses propres mots.

Il se calma rapidement, et plaça son avant-bras droit devant ses yeux pour les protéger de la brûlure du soleil. Il se sentait déjà épuisé, les jours suivants ne promettaient pas d’être une partie de plaisir. Il laissa échapper un faible gémissement, à la douleur physique se mêlait une pointe de culpabilité.

« Je suis désolé, Nyr… », il grimaça, il n’abordait pas la sujet avec plaisir. De plus, il avait encore du mal à tenir un discours construit : « Toi t’avais rien demandé et je crois que je te prends un peu en otage avec mes conneries… » Il souleva son bras pour pouvoir le regarder dans les yeux avant de continuer :

«  Je suis pas entièrement un connard, j’ai compris que pour l’instant je devais te laisser aux commandes. Mais si tu pouvais me promettre une chose, ce serait bien… Promets moi qu’après ça tu me laissera me racheter… auprès de toi. », il y avait de plus en plus d’espace entre chacune de ses phrases, car une torpeur bienvenue l’envahissait à nouveau. Il ne chercha pas à lutter, s’il y avait une chose qu’il avait apprise à écouter, c’était son propre corps.

Le reste de la journée se déroula dans le calme, bien qu’occasionnellement pris d’un hilarité soudaine induite par la fièvre, Theo faisait de son mieux pour être sage et obéissant. Autant que faire ce peu pour simplifier la vie de celui qui prenait soin de lui. De plus il avait construit sa foi autours des deux remèdes dont il avait fait le plus usage depuis qu’il devait s’occuper de lui-même : se nourrir et se reposer.

Theo voyait dans les geste de Nyr, à la fois attentif et bourru, l’expression d’une tendresse qu’il trouvait réellement touchante. Aussi, bien que malade comme un chien, passat-il le plus clair du jour à sourire.

Quand le soir vint, Theo pria à nouveau Nyr de s’installer près de lui. Il ne s’inquiétait pas que cela puisse paraître absurde ou immature, il dormait mieux ainsi et cela le justifiait suffisamment pour lui. Cependant la présence toute proche du corps assoupi de son ami n’eut pas l’effet apaisant qu’il avait escompté.

Il fut d’abord réveillé par un léger bruit de froissement. Intrigué, mais pas inquiété, il ne prit pas la peine d’ouvrir les paupières. Tout semblait immobile dans la chambre d’auberge, l’air chaud stagnait autours de lui. Le bruit reprit, de manière légèrement plus ostentatoire. Sans doute Nyr s’était t-il levé pour satisfaire un besoin pressant.

Theo fit glisser son bras gauche sous les draps pour constater l’absence de son compagnon. Cela de l’alarma pas outre mesure, et il tenta de retrouver le sommeil. Il avait l’impression que la température de la pièce avait augmentée, bien qu’il savait pertinemment que c’était de lui qu’émanait cette chaleur.

Soudain, un son comparable à celui d’une sussions lui fit ouvrir grand les yeux. Il était complètement réveillé et alerte, car pour le coup cela paraissait anormal. Pris d’un instinct indicible, il agrippa le drap à deux mains et le souleva.



C’était normal, parfaitement normal. Il était fiévreux, déshydraté, et puis il avait 21 ans, ses hormones étaient en ébullition perpétuelle. Il priait simplement pour que ses émois n’aient pas porté atteinte à l’intégrité du sommeil de celui à qui il devait la vie.
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyVen 1 Mai - 8:48

 

J'ai pas la réponse à cette question, naah~.

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
J'ouvre un œil. Puis l'autre. Sais pas pourquoi. Mal dormi. J'ai rêvé un rêve bizarre. On était tous regroupés dans la tribu, on se serrait les un les autres à cause du froid et Anu était venu se coller à moi, elle marmonnait n'importe quoi à propos de mchaa et de régime protéiné. Elle m'a pris dans ses bras et elle m'a serré fort fort. Trop fort. Je me retournait dans tout les sens pour me débarrasser de ses bras mais ça marchait pas. Puis à un moment, elle a approché sa bouche de mon oreille pour me dire tout bas :

« Je te tuerais... »

Puis je me suis réveillé. Triste et plus fatigué que quand je m'étais endormi. Naah~, il y a des fois où dormir ça sert vraiment à rien.

« Ai… soif… »

« Naah~ »

Je me lève et c'est pas facile. J'ai l'impression de m'être agité pour de vrai et pas qu'en rêve, tout mes muscles sont usés comme du vieux tissu. Mais tant pis, je vais chercher ma gourde et aide mon idiot d'akhi à boire son eau. Doucement. Voilà, c'est bien. Après qu'il a bien bu, il me regarde avec des yeux de raaj curieux.

« Tu sais, par rapport à ce que tu me disais hier… Ouais, je t’entends même quand je suis pas en état de répondre. Je suis content que t’ai trouvé un métier qui te plaît. »

Un travail qui me plaît ? Je dirais pas vraiment. Je suis juste le chemin que les déesses m'ont montré et ce serait pas facile pour moi de faire autre chose puisque je suis né pour ça. Puis pour être honnête, je sais pas quoi faire d'autre.

Je le laisse inspecter ses vêtements, il a l'air de se rendre compte que c'est pas ceux d'origine. Je le regarde avec mes yeux fatigués, il va encore faire un commentaire nul. Et ce sera encore pire parce qu'il est pas complètement en bazar dans sa tête.

«  En fait, t’en as profité pour me déshabiller ? »

Qu'est-ce que je disais...

« Naah~, tu voulais ptêt que je te laisse dans ton caca ? »

«  T’es encore plus appétissant que les baies que tu m’as refilées l’autre jour. »


Je le laisse rire comme un saadash avant de soupirer et de répondre avec ma voix toujours très fatiguée.

« Ben je sais pas quoi penser si tu me vois comme du poison. »

Ptêt que Theo me voit comme quelque chose qu'a l'air bon quand on regarde mais qui une fois que tu le manges te fait mourir. Oumma Saanvi nous parlais de ces insectes bizarres qui une fois l'accouplement terminé s’entre mangeaient. Mais l'accouplement, ça veut dire faire l'amour. Et Theo il parle de... Je le regarde avec des gros yeux, je suis sûrement encore rouge comme une tomate et je secoue la tête pour faire non-non et pour chasser cette idée de ma tête. Il raconte n'importe quoi, comme avant, ça a pas changé.

« Je suis désolé, Nyr… »

J'arrête de secouer ma tête et je le regarde bizarrement. En fait, je fais comme quand je suis perplexe, ma tête, je la penche sur le coté. Anu me disait que j'étais comme un chien qui comprends rien.

« Toi t’avais rien demandé et je crois que je te prends un peu en otage avec mes conneries… »

« Naah~, ça m’entraîne, un empoisonneur doit savoir soigner aussi... »

C'est à ce moment que je remarque qu'il a l'air d'avoir mal aux yeux à cause du soleil. Je me lève du bord de son lit où j'étais assis pour aller fermer les rideaux quand il reprends. Et quelque part, ce qu'il dit est encore plus bizarre que quand il parle de fruits apétissants.

«  Je suis pas entièrement un connard, j’ai compris que pour l’instant je devais te laisser aux commandes. Mais si tu pouvais me promettre une chose, ce serait bien… Promets moi qu’après ça tu me laissera me racheter… auprès de toi. »

Je réponds pas et je m'en vais tirer les rideaux, le soleil disparaît derrière le tissus et la chambre devient sombre. J'ai pas envie qu'il s'attire encore des embrouilles, surtout si c'est à cause de moi.

« Tu m'aidera pas si tu fais encore des bêtises, saadash... »

Je dis ça d'un air presque triste. Puis je respire un grand coup, je me retourne avec un grand sourire et reprends d'un air plus joyeux.

« Aujourd'hui tu reste au lit et c'est régime soupe ! Ton estomac a eut beaucoup mal, il faut pas trop lui en demander ! Et ne t'inquiète pas, je m'occupe de tout ! »

Et c'est comme ça que le reste de la journée s'est passé. Je m'occupais de cet idiot comme je pouvais, avec les connaissances pour guérir que j'avais. Je lui donnais parfois des tisanes que j'avais faits pour baisser la fièvre mais c'était tout ce que je savais faire. Et ça m'énervais sans que je sache pourquoi. J'aurais aimé en savoir plus je crois. Savoir quelle plante pourrait le rendre mieux pour de bon et pas juste essayer au hasard. Connaître les remèdes aussi bien que les poisons. Pas juste de quoi annuler le poison mais de quoi guérir les blessures qu'on voit et apaiser celles qu'on voit pas.

J'étais très fatigué au bout de la journée alors quand il m'a demandé d'aller dormir, j'ai pas dis non. Contre lui ou pas, j'en avais rien à faire. J'avais juste sommeil alors je me suis affalé et je me suis presque endormi aussitôt. Puis je me suis réveillé quand Theo s'est mis à dire mon nom d'une façon bizarre, toute basse et comme si il avait mal ou...ou pas, c'était bizarre. J'ai ouvert les yeux, j'étais inquiet et je me suis tourné vers lui. Il avait l'air de dormir. J'ai haussé les épaules puis je me suis levé sans faire de bruit pour remplacer sa serviette, je dormais à moitié aussi alors je me suis un peu cogné contre son lit et j'ai failli m'étaler par terre.

J'ai essayé de me rappeler la technique d'oumma pour voir si les gens étaient fiévreux mais je m'en souvenais pas, j'étais trop fatigué. Donc j'ai pris celle d'Anu même si je sais pas si elle était sérieuse ou pas. J'ai posé mes lèvres sur le front de Theo, l'était encore bien fiévreux à mon goût ce saadash. J'ai remis un linge neuf sur sa tête et je suis retourné me coucher en râlant des choses en notien. Puis après ça, je me suis étalé sur mon lit et j'ai essayé de faire de mon mieux pour ignorer l'autre abruti qui m'appelait dans son sommeil. Pas réussi, passé toute la nuit à garder les yeux ouverts et à fixer le plafond.

Puis je l'entends se lever très vite de son lit, l'abruti. J'ouvre pas les yeux, ptêt que maintenant qu'il est réveillé je vais pouvoir dormir. Oui mais si il a besoin de moi. Je devrais me lever. Un bon guérisseur s’occuperait de son patient. Mais je suis un empoisonneur moi. Qu'est-ce que je fais ? Naah~.

« Pourquoi tu m'as appelé toute la nuit ? »

Je demande d'une voix pleine de sommeil. Je crois que je suis encore plus fatigué qu'hier.

« C'était bizarre, on aurait dit que t'avais mal, j'étais inquiet, j'ai pas pu dormir, saadash... »

Puis je me décide à ouvrir les yeux. Enfin.

« Il faut que je demande de l'eau chaude pour faire ta tisane. »

Pendant un long moment, je bouge pas. J'hésite à me rendormir puis je me lève avec l'énergie d'une larve et je me traîne pour demander à l'aubergiste de quoi faire. Ce dernier me lance un regard bizarre puis en préparant mon eau, il finit par lâcher.

« Je suis tolérant, vous savez, mais vos choses, vous irez les faire ailleurs. C'est pas une maison close ici, d'accord ? »

« Naah~ ? »

Je le regarde bizarrement, j'ai pas le temps de lui poser de question qu'il me donne mon eau dans un seau. Je baille et je m'en vais sans poser de question même si ma tête en est pleine. Quand je rentre dans la chambre, je prépare la tisane en silence et je lance à Theo d'une voix un peu déglingué.

« L'aubergiste, il pense qu'on a fait des choses cette nuit. »


Je me lève pour lui apporter son bol tout chaud.

« Je crois que c'est ta faute... »
 
Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyDim 3 Mai - 5:41

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

Le mchaa dans la tête
du saadash.

La question de Nyr fit sursauter Theo, jusque là perdu dans ses pensées. Il voulut se tourner vers lui mais se ravisa. Le Nyr du rêve et celui de la réalité se superposaient encore dans sa tête, la résultante étant l’accroissement de la vague de chaleur dans son entre-jambe. Il croisa les bras de manière à dissimuler la bosse qui déformait les draps.

Toute la nuit, hein ? Il avait eu l’impression que son rêve n’avait duré qu’un instant, et s’il était honnête il devait s’avouer qu’il aurait bien aimé qu’il soit ajusté sur la temporalité réelle.

« C'était bizarre, on aurait dit que t'avais mal, j'étais inquiet, j'ai pas pu dormir, saadash... »

Theo prit conscience qu’il n’avait pas répondu, tout occupé qu’il était à apporter un peu d'ordre dans sa cervelle. Il était rare qu’il soit embarrassé, pour quoi que ce soit, mais cette occasion dérogeait à la règle.

« Non, euh, j’ai fait un rêve, hum… très agréable ? », hésita-t-il avant de se couper. Il n’arrangeait pas les choses.

Il fut quelque peu soulagé quand Nyr quitta la chambre. Pas qu’il n’appréciait pas sa compagnie, mais il avait besoin d’un instant de solitude. Il commença par s’auto-administrer quelques gifles sonnantes dans l’espoir de faire décroitre son excitation. Cela ne marcha qu’a moitié, il avait oublié qu’il aimait bien les gifles.

Il souleva à nouveau les draps pour constater l’ampleur des dégâts. Cela aurait put être largement pire, toujours était t-il qu’il collait un peu. Par respect par son ami comme pour lui-même, il allait devoir nettoyer ça. Il dégrafa ses chausses et les envoya bouler au fond du lit en se dandinant.

Son paquetage avait été abandonné dans un coin de la pièce, par chance et sans grande surprise celle-ci n’était pas très grande. Theo posa précautionneusement ses pieds au sol. Il n’était tout de même pas infirme... Il tenta de se lever et s’effondra aussitôt, se réceptionnant sur ses genoux, ce qui ne manquerait pas de laisser quelques bleus.

Tant pis, c’était tout aussi pratique comme ça. Theo franchit la distance qui le séparait de ses affaires à quatre pattes. Il attrapa le premier bout de tissu qui lui tomba sous la main, à savoir un reste de bandage, fini par réussir à se mettre sur ses pieds, et alla le tremper dans la bassine pour faire un brin de toilette.

C’est alors qu’il entendit le pas léger de Nyr qui remontait l’escalier. Il se jeta tant bien que mal sur le lit et réussi juste à temps à dissimuler son forfait, ainsi qu’accessoirement sa nudité, sous les étoffes.

Tout alerte qu’il était, il observa son ami qui s’abîmait dans la préparation d’une tisane à gestes routiniers. C’est alors qu’il s’aperçu de la fatigue qui alourdissait ses mouvements. Depuis quand Nyr n’avait-il pas eu l’occasion de se reposer ? Il sortait d’un contrat quand Theo lui était tombé dessus, et depuis il s’était occupé de lui sans relâche. La culpabilité revint fourrager dans les entrailles du voleur.

« L'aubergiste, il pense qu'on a fait des choses cette nuit. », lui confessa Nyr, il avait l’air embêté.

Theo attrapa le bol qu’il lui tendait sans rien dire. Il comprenait pourquoi, il avait l’habitude de parler dans son sommeil mais il était incapable de maîtriser ce phénomène. Il se demanda quel conciliabule il avait bien pu tenir, et à quel point celui-ci avait été compromettant.

« Je crois que c'est ta faute... », ajouta son ami. « Oui, probablement. », répondit Theo sans y réfléchir. Lorsqu’il était accusé de ce genre de chose c’était habituellement vrai. Il soupira, « Je pense être capable de me lever, j’irais le voir demain pour tirer cette histoire au clair. » Il offrit un sourire facétieux à Nyr : « Tu sais que je suis capable de m’en sortir quand je suis coupable, alors pour une fois que je suis innocent ce sera pas bien compliqué. »

Il continua à boire sa tisane en silence, les yeux plongés dans la contemplation du liquide qui miroitait à la faible lueur de la lampe. Il n’arrivait pas à se départir de l’impression qu’un sentiment de tristesse émanait de son ami. Il pensa à ce qu’il lui avait révélé la veille.

19 ans, c’était bien peu d’étés pour être versé dans l’application de la mort. Il se demanda à quel âge Nyr avait prit son indépendance. Lui-même en avait fait le choix, qu’en était-il pour ce jeune homme qui avait quitté sa terre natale pour s’exiler dans une contrée dont il ne connaissait même pas encore la langue. Avait-il fui ? Avait-il été aimé ?

Cette pensée se révéla insupportable pour Theo. L’amour c’était l’essentiel, de l’humanité, du bonheur, de la foi. Il ne pouvait pas imaginer vivre en en étant privé. Bien qu’il ne sache rien du passé de son ami, son cerveau encore embrumé par la fièvre faisait une fixation sur cette idée.

Il mit son bol vide de côté et se tourna vers Nyr, se dressant à genoux sur le matelas pour se mettre son niveau, il attrapa son visage entre ses deux mains. Doucement mais fermement, il réduisit la distance entre eux et apposa son front contre celui de son ami. Ses cheveux trop longs retombèrent autours de leurs visages ainsi rapprochés, finissant de les couper du reste du monde.

Theo plongea ses yeux d’azurs dans ceux de Nyr, et souffla tout bas : « Être empoisonneur ne fait pas de toi un poison. Être un mercenaire ne fait pas de toi un simple solde. C’est tout ce que tu es par ailleurs qui fait de toi une personne exceptionnelle. Qui fait que je souris comme un con depuis deux jours, qui fait que je suis si heureux que tu refasses un passage dans ma vie. J’ai tellement de chance de te connaître et tu ne t’en rends même pas compte. Tu m’as sauvé la vie hier, mais tu me sauves de l’ennui chaque jour. Tu as le choix d’être qui tu veux, mais tu seras toujours parfait, il faut que tu en sois sûr car c’est la vérité. Je t’aime. » Il s’écarta légèrement pour déposer un baisé tendre et chaste sur le front de son ami. « Maintenant tu vas dormir, et c’est moi qui vais te veiller d’accord ? Il est évident que tu en as besoin, et j'ai déjà roupillé toute la journée. » Il voulut se reculer quand il sentit les froissements de la lingerie sur ses genoux.

Il avait. Oublié. Qu’il était nu.
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyDim 3 Mai - 9:54

Moi qui pleure comme un wlaad pendant trente minutes.

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
« Tu sais que je suis capable de m’en sortir quand je suis coupable, alors pour une fois que je suis innocent ce sera pas bien compliqué. »

Je le regarde, toujours fatigué. Il en a des belles, ce saadash. Innocent, qu'il dit. En tout cas, il gémissait bien fort et le patron il est pas content, ben voilà, naah~.

« J'suis pas sûr que tu sois innocent... »

Je le regarde boire sa tisane, je suis content, avec ça, la fièvre baissera encore un peu. Il a raison, demain, il devrait être capable de marcher sans tomber. C'est déjà ça. Quand il ira mieux pour de bon, j'irais sans doute reprendre mon chemin vers Dexia. Emporos me manque. Ici, il y a pas d'épices dans la nourriture, c'est fade. Tout est fade. Ils essayent de cacher ça en faisant les durs mais ça marche pas, parce que même comme ça, ils sont fades. C'est ptêt pour ça qu'ils veulent la guerre avec tout le monde, ils doivent être frustrés.

Tout perdu dans ma tête que j'suis j'ai pas remarqué que l'autre saadash s'est levé sur ses genoux. V'la qu'il vient coller sa tête contre la mienne, muhraj, muhraj...Mais je suis tellement fatigué que j'arrive même plus à rougir. Et le voilà qui me fait un grand discours. Naah~. Pourquoi il fait ça, c'est pas gentil, ça. Il doit savoir que je suis fatigué et que je vais pleurer très fort. D'ailleurs, ça commence déjà, mes yeux sont des wodya, ça coule sans s'arrêter.

« Naah~, saadash, saadash ! »

Je dis entre deux pleurs. J'ai du mal à respirer. Je crois que j'ai choppé le poison de la tristesse comme disait oumma. Proodos me manque, le palais de darija Zéeva aussi, les toundras, oumma Saanvi et Anu. Surtout Anu. C'est le bazar dans ma tête, j'arrive pas à mettre de l'ordre. J'arrive pas à stopper les souvenirs. Je pleure comme un wlaad.

« Maintenant tu vas dormir, et c’est moi qui vais te veiller d’accord ? Il est évident que tu en as besoin, et j'ai déjà roupillé toute la journée. »

Naah~, hors de question. Je veux lui dire quand j'ouvre les yeux remplis de larmes et que je vois qu'il a plus de pantalon. Silence. Je sais pas quoi dire. Je cherche dans ma tête le pourquoi du comment. Puis ça revient comme une baffe. Les yeux d'Ilios. Aphrodisiaque. Theo. Aphrodisiaque.

Naah~.

J'ouvre la bouche pour dire quelque chose. Mais j'y arrive pas. J'éclate de rire. Je pleure et je ris en même temps. C'est bizarre. Je me relève comme je peux et je vais lui chercher des vêtements de rechange. Je me fait pas prier pour lui jeter à la figure.

« Change-toi, saadash ! Tu va pas me veiller avec ton jouet à l'air... »

Puis je repart dans mon rire de plus belle. Je crois que je suis vraiment fatigué. Vraiment très très fatigué. Je vais vers mon lit pour me laisser tomber dessus, face contre le matelas. Je rigole toujours un peu. Puis je pense à Anu et j'arrête.

« J'ai rêvé d'Anu... »

Silence, je sais pas si je lui ai parlé d'Anu. Je parle pas beaucoup d'elle, parce que ça me fait mal quand j'en parle. Comme de tout le reste de ce que j'ai laissé derrière moi.

« C'est ma sœur, je dois la tuer ou elle me tuera. Je veux pas... »

Voilà que je pleure à nouveau comme un tout petit wlaad. Je me retourne, face au plafond, les mains sur la figure, à essayer de respirer comme je peux.

« Je veux pas dormir, je veux pas rêver d'elle... »

Puis je me relève, j'ai l'air d'un raaj complètement ivre, mais c'est pas grave. Il est encore à moitié désapé le Theo, pas grave. Je le prends dans mes bras et je me met à pleurer aussi fort que je peux.

« T'es méchant, je suis fatigué et tu me dis des choses comme ça. C'est pas juste, tu me fais pleurer. J'aime pas pleurer ! J'ai cru que t'allais mourir mourir, saadash! Et c'est comme si c'est moi qui t'aurais tué! »

Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyDim 3 Mai - 13:59

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

Il faut chaud, non ?

Qu’il se mette à pleurer, d’accord, ça se comprenait. Theo se doutait bien qu’il refoulait des choses ce petit chat. Ça allait lui faire du bien de les laisser s’écouler. Mais qu’il se mette à rire en même temps… Theo était désarmé. Il admettait que la situation était cocasse cependant, lui-même ne l’avait pas prévue et il n’avait plus aucune idée de comment réagir. Sa tête était pleine de mélasse.

« Change-toi, saadash ! Tu va pas me veiller avec ton jouet à l'air... », s’esclaffa Nyr.

Heureusement qu’il restait quelqu’un de censé en ce bas monde. « C’est pas faux. », répondit-il en se recevant un ensemble propre en plein visage. Il descendit du lit plus précautionneusement que la fois précédente, et entreprit de démêler les étoffes.

Le rire cristallin de Nyr avait quelque chose de contagieux, et Theo se surprit à sourire tout en essayant tant bien que mal d’enfiler la bonne jambe au bon endroit. Il s’arrêta un instant pour reprendre son souffle, il n’arrivait pas à se concentrer.

« J'ai rêvé d'Anu... », la phrase gela l’air aussi sûrement que si Serir en personne s’était invitée à la fête. Theo releva la tête, Nyr était allongée à plat ventre de manière qu’il ne puisse distinguer son visage. Il voulu s’approcher mais s’empêtra dans ses chausses qu’il n’avait réussi à remonter que jusqu’à mi-cuisse. Il sauta une ou deux fois sur place pour finir de les enfiler et des cloches se mirent à tinter dans sa tête.

Lorsque le brouillard qui l’aveuglait se dissipa, il entendit Nyr qui poursuivait : « C'est ma sœur, je dois la tuer ou elle me tuera. Je veux pas... » Du contexte, c’était pas mal, il avait besoin de ça en ce moment. Son ami n’allait vraiment pas bien, mais Theo avait du mal à réagir, il avait l’impression d’être au ralenti par rapport à l’action qui se déroulait autours de lui.

L’horreur de la situation s’était pourtant bien encrée en lui. Qui pouvait survivre à un tel dilemme ? Nyr, manifestement, qui l’avait porté jusque-là sans broncher. Ce garçon était décidemment pourvu d’une force mentale incroyable. Theo repensa aux siens. Malgré tous les conflits qui l’attendaient en Sofia, rien n’était comparable au déchirement qu’endurait son ami.

« Je veux pas dormir, je veux pas rêver d'elle... », sanglota Nyr. « Je comprends… », répondit Theo d’une voix faible alors qu’il tentait de fermer le lacet de sa braguette aussi vite que possible. Il ne souhaitait qu’une chose en cet instant précis, voler jusqu’à son ami pour le serrer dans ses bras, le protéger du monde, le protéger de sa peine. Seulement ses doigts gourds agissaient à une lenteur insupportable.

C’est alors que son souhait fût exaucé. Il reçut Nyr dans ses bras comme un colis jeté à la mer. Cela lui coupa le souffle dans un premier temps, mais il referma bien vite les bras autours de son ami. L’un autours des épaules, l’autre à l’arrière de la tête, l’aidant à caler le visage de Nyr au creux de son cou. Des larmes grosses comme des melons ruisselèrent le long de sa gorge et formèrent une petite falque dans sa clavicule. Tandis que son ami s’épanchait, il écouta patiemment, tendrement, caressant d’un geste apaisant les mèches douces et ébouriffées à l’arrière de son crâne. « Je sais, je sais. », murmura t’il. « Tu m’aurais pas tué, p’tit chat, quelle que soit la manière dont je partirais je suis sûr que c’est moi qui l’aurais provoquée. Pas par envie hein, très clairement par connerie. »

Theo continua de le serrer délicatement dans ses bras tout en déposant des baisers réconfortants sur ses cheveux, sur sa joue, dans son coup. Il releva la tête vers le plafond pour expirer en découvrant sa gorge, il était à nouveau envahi d’une chaleur alarmante. Son corps réagissait à la moiteur du contacte de Nyr contre son torse nu. Il tenta de l’ignorer mais il n’avait aucun contrôle sur les battements effrénés de son cœur, ni sur sa respiration qui s’accélérait.

Essayant tant bien que mal de continuer à réconforter son ami, il l’embrassa à nouveau dans le cou, son souffle brûlant se dispersant sur la peau hâlée. « Je suis désolé », s’étrangla t’il. « Je maîtrise pas du tout, je comprends pas ce qu’il m’arrive. » Un gémissement involontaire franchit ses lèvres avant qu’il puisse terminer sa tirade. « Fais comme si de rien, parles moi, je t’écoute. »

Il berça légèrement Nyr tout en continuant à lui caresser les cheveux et la nuque. Les frottements de la cuisse de ce dernier contre son aine finirent de réveiller sa virilité, tandis que ses pupilles se délattaient à leur maximum. Theo jura tout bas mais tenta de ne pas se laisser perturber. Il devinait que son ami ne déposait pas souvent la charge qu’il portait sur le cœur, et il ne voulait pas lui faire défaut en un moment pareil.

Nyr tremblait sous la force de ses sanglots, tandis que Theo suffoquait sous celle des bouffées de chaleur conjuguées de la fièvre et de l’excitation qui montait en lui. Il n’était pas sûr de tenir debout très longtemps si cela continuait, sa tête recommençait à lui tourner.

Avisant les deux lits derrière Nyr, il fit délicatement passer les bras de celui-ci autours de son cou. Puis il se baissa pour le saisir derrière les cuisses et le remonta jusqu’à caler le bassin de son ami contre le bas de son ventre. Il laissa échapper un râle entre le grognement et le gémissement. L’effort demandé pour soulever le petit chat n’était pas négligeable, dans le même temps son érection se trouvait un peu trop bien placée à son goût.

Theo se dépêcha de franchir en chancelant le peu de distance qui le séparait du matelas le plus proche. Il se pencha en avant et s’amortit d’une main pour y déposer le moins brutalement possible son paquetage. Opération qui réussit à moitié car il s’effondra sur lui. « Pardon, pardon », haleta t’il dans le cou de Nyr qu’il attrapa au creux du dos pour le faire basculer au-dessus de lui. Inversant leurs positions, il lui permettait ainsi de reposer sur son torse.

Il l’enlaça à nouveau et se remit à lui murmurer au creux de l’oreille des paroles de réconfort : « Je suis là, ça va aller, laisses tout sortir... » Puis il détournait le visage de temps en temps pour avaler une goulée d’air frais ou laisser échapper un des petits gémissements qu’il n’arrivait plus à retenir. Car il devait reconnaître que la situation était compromettante.

« Je suis là pour toi, tu es en sécurité, et je t’aime. », confia t'il tout bas à Nyr en enroulant machinalement sa natte entre ses doigts.
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyDim 3 Mai - 14:55

Une kelb en chaleur.

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
Je sais pas trop ce qui se passe et je comprends pas pourquoi Theo m'embrasse dans le cou, ça chatouille. Je suis fatigué, j'ai plus de force, je veux même pas chercher à savoir ce qu'il se passe. Ah, attends, si les baies, c'est les baies. Le pauvre, il doit pas être bien.

« Je suis désolé . Je maîtrise pas du tout, je comprends pas ce qu’il m’arrive. Fais comme si de rien, parles moi, je t’écoute. »

Il gémit encore bizarrement. Pas étonnant. Quand j'ai mangé ce genre de poison pour habituer mon corps, j'étais dans le même état bizarre. Pas désagréable mais très bizarre et très embarrassant. J'essaye de lui expliquer que c'est pas sa faute mais tout ce que j'arrive à faire c'est gémir comme un wlaad, encore. Un tout petit wlaad qui vient à peine de naître et qui a froid. D'ailleurs, en parlant de ça, le pauvre Theo il est chaud comme une flamme, il doit vraiment pas comprendre, il faut que je me concentre pour lui expliquer et...

Il...Il fait quoi là ? Je sent qu'il me soulève, je veux pas tomber alors je m'agrippe à lui comme un singe, et il m'aide d'ailleurs. Mais je sais toujours pas pourquoi il fait ça. Surtout si c'est pour m'écraser sur le lit voisin.

« Naah~ »


Je proteste, ça fait mal bon sang ! Du coup je crois que je lui en veux encore plus, j'ai envie de le frapper cet idiot. Il me vole mes poisons, il me coince à Tharros que j'aime pas et il me fait pleurer. Il mérite bien une belle baffe oui !

« Pardon, pardon »

Du coup je lui en veux plus du tout. Parce que j'ai plus la force d'en vouloir longtemps à une personne je crois. Parce qu'il fait des efforts avec son corps qui doit lui faire tout bizarre. Il doit être comme une Kelb en chaleur, le pauvre. Il se retourne et je me retrouve sur lui, muhraj, encore, mais je dis rien. J'arrête pas de pleurer. Je sais pas pourquoi je pleure comme ça, naah~.

J'ai juste l'impression que j'aurais du le faire depuis longtemps.

Trop longtemps...

« Je suis là, ça va aller, laisses tout sortir... Je suis là pour toi, tu es en sécurité, et je t’aime. »

Je secoue la tête pour faire non-non et je pleure encore plus, comme si c'était possible.

« Mais un jour les déesses elles vont te ramener chez toi, et moi, je ferais quoi ? Tout les gens que j'aime ils vont retourner chez eux avec les déesses, et si je suis le dernier ? Je veux pas être tout seul, j'en ai marre d'être tout seul. Avec Anu...Avec Anu on étais toujours ensemble. Pourquoi elle me déteste maintenant ? »

Je lui déballe tout comme si j'étais un livre ouvert. Pourtant j'ai pas envie d'en parler, ça regarde que moi, c'est mon épreuve. C'est pas celle des autres. C'est à moi de choisir le moment où je serais prêt pour me faire tuer par Anu, c'est tout. Pourquoi je l'embête avec ça ? J'essaye de reprendre mon souffle, expliquer, je dois expliquer pourquoi il a son corps tout bizarre.

« Les baies....Yeux d'Ilios...C'est des aphrodisiaques, pas ta faute... »

J'échappe entre deux sanglots avant de me rouler sur le coté pour le laisse respirer. Il faut que j'évite de le toucher, sinon il va encore avec le corps qui agit bizarrement. Oumma Saanvi nous a toujours apprit qu'il fallait pas être embarrassé par ce genre de chose et que parfois, en tant qu'assassin, on doit même s'en servir pour tuer. Mais j'aime pas spécialement ça, moi, je sentir bizarre comme ça. C'est effrayant. Alors je regarde Theo pour lui dire pardon avec les yeux.

« Je suis désolé, j'aurais du mieux rangé...J'aurais pas du...J'voulais pas venir ici...Je déteste Tharros... »

J'arrive pas à trouver quoi dire. Mais c'est vrai, je déteste vraiment Tharros. Je suis content qu'il soit là pourtant.

« Viens, on rentres à Dexia... »

Que je raconte n'importe quoi en me couvrant les yeux tout humides avec mes mains. Comme si il allait me suivre ce mchaa errant.

Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyLun 4 Mai - 11:55

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

Nos ennuis d’autrefois
Sont de lointains souvenirs

Tandis que Nyr lui confiant ses inquiétudes, le cœur de Theo se fissurait en le pinçant. Comment quelqu’un de si jeune pouvait être aussi obsédé par la mort ? Il était manifeste qu’il y avait été exposé prématurément, à la sienne comme à celle des autres. Theo ne comprenait pas que personne n’ait protégé cet enfant, et cette pensée lui fit froncer les sourcils.

Il se composa un sourire réconfortant avant de lui répondre. « Pourquoi tu t’encombre la tête avec des choses que tu ne peux pas prévoir, petit chat ? Tes déesses, elles ne te mettent pas dans la confidence, alors si tu ne peux rien y changer maintenant ça ne sert à rien de t’en inquiéter maintenant. Là toute de suite tu n’es pas seul, c’est tout ce qui importe. » Il secoua la tête. « Si on ne profite pas de ce que la vie nous apporte de bon sur l’instant, quand est ce qu’on le fera ? C’est parce que nous savons que nous pourrions tout perdre demain qu’il nous faut être heureux aujourd’hui. »

Bien qu’il fût parfaitement sincère il avait une sensation bizarre à s’exprimer ainsi. Le rôle du philosophe ne lui revenait habituellement pas, il incarnait plus facilement le pitre, le chien fou.

Ou comme en cet instant précis la chienne en chaleur. Il grogna en remontant un peu Nyr sur son torse en agrippant ses cuisses, éloignant ainsi leurs parties génitales respectives. Chaque cellule de son corps lui criait d’agir dans l’autre sens, aussi devait il mobiliser toute sa volonté pour se rappeler que ce n’était pas le moment.

Theo se concentra pour revenir au dialogue présent. « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé entre ta sœur et toi, mais ça a l’air très compliqué. Tout ce que je peux te dire avec certitude c’est que tu n’es pas une personne détestable et que tu ne mérite aucune haine. J’espère que les choses pourront s’arranger entre vous… », dit-il en cherchant le regard de Nyr. Il hésita un instant avant de poursuivre : « J’aimerais pouvoir t’aider. » Ces histoires de famille ne le concernaient aucunement mais il était trop en peine de voir la souffrance de son ami.


« Les baies....Yeux d'Ilios...C'est des aphrodisiaques, pas ta faute... », la révélation de Nyr le laissa coi. Mais bien sûr, c’était évident. Il avait déjà consommé ce genre de produit durant une partie rocambolesque de sa carrière à Dexia. Il y avait certains types de soirées, et surtout certains types d’hôtes qu’il était impossible de satisfaire autrement.

Peut-être n’avait-il pas reconnu la nature artificielle de la montée d’excitation qui l’animait parce qu’elle était basée sur un désir réel. Ou bien tout simplement parce qu’il était sous l’influence d’une fièvre débilitante depuis presque deux jours. Il était bien incapable de trouver la réponse.

Nyr se déplaça, laissant la place à un courant d’un frais salvateur. Theo gémit de soulagement avant d’enfouir sons visage entre ses deux mains. Cette chaleur était insupportable, mais il était réconfortant d’en connaitre la cause.

Il entrelaça ses doigts et fit passer ses mains au-dessus de lui, les plaçant de manière à y faire reposer l’arrière de son crâne. Ainsi il était sûr de ne plus bouger et surtout de ne rien faire de déplacer. L’ardeur qui l’animait pourrait ainsi redescendre progressivement. Bien sûr il y avait des méthodes beaucoup plus agréables pour l’épancher mais Theo ne bénéficiait malheureusement pas du public approprié.

Il était en train d’inspirer profondément par le nez et d’expirer par la bouche quand il entendit Nyr qui continuait à sangloter.
« Je suis désolé, j'aurais du mieux rangé...J'aurais pas du...J'voulais pas venir ici...Je déteste Tharros... Viens, on rentres à Dexia... »

Il tourna la tête vers lui et répondit très sérieusement : « Si tu veux rentrer à Dexia on ira à Dexia. » Rien ne le retenait particulièrement à Tharros, il avait simplement immigré parce que les évènements commençaient à escalader entre lui et la garde d’Emporos. Depuis le temps ils l’avaient certainement un peu oublié, il n’aurait qu’à faire profil bas le temps de leur séjour.

« Ne t’excuse pas, s’il te plaît. », reprit-il en essayant de croiser le regard de Nyr. « C’est ma faute ce qui est arrivé, j’en assume la responsabilité. Et je suis désolé que cela t’ait obligé à t’occuper de moi et à rester ici et alors que tu déteste ce pays. »

Theo continuait à travailler sur sa respiration et il avait la sensation que sa température corporelle retombait graduellement. Il entendait une musique jouer aux limites de sa conscience, mais n’y prêta pas attention.

Il réfléchissait à voix haute, les yeux dans le vague : « Je ne sais pas trop quand je serais en état de voyager, mais j’ai l’impression que ça va aller de mieux en mieux, même si c’est encore un peu le bordel… » et c’était le cas de le dire. « Tu sais quoi, je te fais confiance pour décider de quand on part. » Il se tourna à nouveau vers son ami. « En attendant, si ça peut t’aider, dis-toi qu’on n’est pas à Tharros. On est dans une chambre d’auberge, et cette chambre elle pourrait être n’importe où. C’est toi qui décides du décors, d’accord ? », ajouta t’il en lui adressant un clin d’œil approximatif.

Il avait une impression étrange, c’était comme si le matelas sous lui s’enlisait et que lui-même s’enfonçait tout doucement dans l’obscurité. Les yeux grands ouverts, il reporta ses prunelles presque entièrement noires au plafond.

Une grenouille lui rendit son regard. Elle était installée sur une poutre, un psaltérion reposant sur ses cuisses dont les nageoires pendaient dans le vide. Ses membres antérieurs ondulaient gracieusement sur l’instrument, c’était elle qui jouait l’air qui lui trottait en tête.

Theo ne bougeait plus un muscle, hypnotisé par la vision incongrue. L’animal ouvrit grand la gueule et se mit à chanter d’une belle voix de baryton :

« À travers la brume
Dans le pâle clair de lune
Ce qui était oublié paraît. »


La scène s’éloignait en tournoyant tandis que Theo continuait sa chute lente et inexorable dans la nuit.

« Nos ennuis d’autrefois
Sont de lointains souvenirs
Où est-on maintenant ?
Où va t’on finir ? »


Au ralentit, Theo leva la main vers les poutres du plafond qu’il ne distinguait presque plus. Il se demandait vaguement où il allait, mais n’était pas inquiété par la réponse.

« Si les rêves n’existent pas
Peut-on faire semblant…
Que le vent nous appelle, soufflant dans les feuilles
Qui tombent, roussies, à l’automne ? »


Il voulut cligner des yeux, mais il ne les rouvrit pas. La chanson était terminée, et c’était bien comme ça. Il sombra dans un sommeil profond et immobile, à la surface duquel aucune onde ne vint se former.
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyLun 4 Mai - 14:58

Le chant des anciens.

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
« En attendant, si ça peut t’aider, dis-toi qu’on n’est pas à Tharros. On est dans une chambre d’auberge, et cette chambre elle pourrait être n’importe où. C’est toi qui décides du décors, d’accord ? »

Naah~, je suis fatigué. Je vais fermer les yeux et faire comme il dit. Tout doucement, lentement. Tout est lent autour de nous. On dirait que plus rien bouge. Si j'imagine bien, nous sommes dans les steppes, il fait froid, mais ici, tout est calme. La tempête ne peux pas rentrer. Nous sommes tous sous la tente, serrés les uns aux autres et les anciens se mettent à chanter.

« À travers la brume
Dans le pâle clair de lune
Ce qui était oublié paraît. »


La lune invisible derrière les nuages et le blizzard mais toujours là. La lune, kmera qui brille doucement dans le ciel, qui veille les gens comme une maman. D'ailleurs, maman est là, maman, ma vraie maman, pas Oumma Saanvi. Elle nous serre très fort, moi et Anu. Elle nous dis que tout ira bien. Oui, tout ira bien.

« Nos ennuis d’autrefois
Sont de lointains souvenirs
Où est-on maintenant ?
Où va t’on finir ? »


Bonne question, les anciens. Quand j'ai quitté Proodos, je savais pas où je finirais. Je sais même plus où est ma diour. Je suis perdu. Toujours perdu. Pas étonnant que je pleure comme un wlaad. Jamais les même personnes, jamais les mêmes endroits. J'ai jamais réalisé que tout ce que j'ai laissé derrière me manquait, je me suis jamais posé la question. Jamais.

« Si les rêves n’existent pas
Peut-on faire semblant…
Que le vent nous appelle, soufflant dans les feuilles
Qui tombent, roussies, à l’automne ? »


Serir appelle les gens et Koum vient les chercher. C'est comme ça que ça se passe. Le vent et la glace, la toundra. J'ai froids, je cherche des mains la chaleur. Quelqu'un assoupi à coté de moi, je me blotti. Chaleur.

« Naah~ »

Oui, c'est fini, on est plus à Tharros. On est partis avec les déesses. Elles nous ramènent à la toundra.

***

J'ai préparé tout ce qu'il faut, les vêtements de rechange sont là, ce sont ceux d'origines, ils sont tout propres maintenant, une grande bassine d'eau pour que Theo fasse sa toilette, sa tisane toute chaude et une paire de ciseaux pour lui couper un peu les cheveux. Il a pas intérêt à dire non sinon je le tape.

« Theo, Theo, réveille-toi, naah~, allez, c'est le matin ! »

Je lui fais une nouvelle pichenette sur le nez puis je lui lance un sourire tout heureux. Sans vraiment attendre qu'il réagisse, je prépare tout et lui tend son bol. Puis je jette un coup d'oeil dehors, la matinée est déjà bien là. Presque l'heure de manger le midi. J'ai plein d'énergie à revendre, j'espère que Theo est prêt. Et qu'il est sorti du bazar dans sa tête.

« Merci de m'avoir fait pleuré, ça va beaucoup mieux maintenant ! »

Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyMar 5 Mai - 10:20

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

L’heure de la toilette.

Theo était confortablement emmitouflé dans un sommeil chaud et réconfortant. Pas de la chaleur étouffante qui l’avait harcelé ces derniers jours, mais de celui doux et enveloppant d’une fratrie de chatons qui se pelotonne contre le ventre de leur mère.

Quand un léger impacte sur le bout de sa truffe le tira de sa torpeur bienheureuse. Il se renfrogna et ouvrit un œil en baillant. C’est alors qu’il fut ébloui par une vision enchanteresse. Nyr rayonnait littéralement de joie et d’énergie.

Le lève tard se redressa sur son séant, tout contaminé par l’allégresse qui frétillait dans l’air, il souriait à son tour. « Hé, je suis content de te voir… », il s’interrompit pour s’étirer de tout son long en produisant une sorte de miaulement suraigu. « … comme ça ! », fini t’il par s’exclamer.

Il balada son regard à travers la pièce tandis que Nyr s’affairait. Ce dernier devait être levé depuis un bon moment car il avait tout préparé pour le grand départ. Il avait même lavé son linge.

Theo rougit à cette idée, il n’avait pas l’habitude qu’on s’occupe de lui comme d’un enfant. Se laisser soigner passait encore, il n’avait pas tellement voix au chapitre. Mais de là à laisser Nyr prendre sur lui des tâches qu’il aurait put effectuer une fois remis, il y avait un monde.

Attrapant précautionneusement le bol que celui-ci lui tendait, il se demanda de quelle manière il pourrait se racheter. Nyr voulait rentrer à Dexia, peut être qu’outre le mal du pays il avait un nouveau contrat à remplir, auquel cas il pourrait éventuellement bénéficier de main d’œuvre supplémentaire.

« Merci de m'avoir fait pleuré, ça va beaucoup mieux maintenant ! », lui lança son ami à la volée. Theo se leva précautionneusement et s’empressa de le rejoindre. Il profita des quelques centimètres de plus qu’il possédait pour venir déposer un baiser affectueux sur son front. « C’est moi qui te remercie pour tout ce que tu as fait Nyr, vraiment. », dit-il en lui souriant chaleureusement.

Il se tourna ensuite vers le baquet rempli qu’il convoitait d’un regard gourmand depuis qu’il avait noté sa présence. Plongent sa main dans l’eau il pût constater qu’elle était raisonnablement chaude, il soupira de satisfaction et s’y enfonça jusqu’à l’avant-bras.

Theo avait toujours adoré barboter, mais il avait rarement le luxe de le faire ailleurs que dans les rivières, et ce en toutes saisons. Il ôta en hâte le peu de vêtements qu’il portait et s’immergea avec délice et à force clapotis. « J’adore l’eau, elle est parfaite, merci. », dit-il en tournant un faciès extatique vers son ami.

Après s’être éclaboussé jusqu’aux épaules, il fit sortir ses jambes trempées de chaque côté du baquet afin de libérer la place de submerger tout le haut de son corps en glissant sur le dos. Il resta en apnée le temps de frotter contentieusement son visage et son cuir chevelu. Il n’y avait pas de sensation plus agréable que celle de la propreté.

Il refit surface en inspirant une grande goulée d’air et pencha sa tête d’un côté puis de l’autre pour faire sortir les gouttelettes logées dans ses oreilles. Puis il entreprit de se frotter les ongles. Quitte à faire quelque chose, autant le faire correctement.

Tandis qu’il poursuivait ses ablutions, son regard se posa sur la paire de ciseaux posés en évidence. Pourquoi Nyr avait-il prit la peine de réclamer un tel outil à leur hôte acariâtre ? Il plissa les yeux, ses cheveux dégouttaient et lui tombaient sur le visage. C’est alors qu’il réalisa.

Il inspira brusquement en pointant un doigt accusateur sur le traitre. « Nooon ! », s’exclama t’il. « Non non, t’as pas besoin de faire ça, je déteste ça ! »

Ce traumatisme remontait à l’enfance, où sa mère le forçait à rester immobile pendant de longues minutes tandis qu’elle se débattait avec sa tignasse. Il avait alors tout fait pour échapper à ces séances de torture, et avait joui de sa tranquillité depuis qu’il était parti.

Une tranquillité qui était sur le point d’éclater.

Se sentant acculé, il jeta des coups d’œils éperdus autours de lui et s'arrêta sur la porte. S'enfuir en courant, nu et trempé, en pleine rue et en plein jour ? Il était à peu prés sûr que Nyr le tuerait pour de bon s'il lui faisait ce coup là. Il saisi alors la seule option qui restait à sa portée et plongea à nouveau sous la surface pour échapper aux griffes de son tortionnaire.
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyMar 5 Mai - 15:28

Des cheveux de muuta.

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
« C’est moi qui te remercie pour tout ce que tu as fait Nyr, vraiment. »

Je me frotte le front en rougissant. Qu'il peut être bête ce saadash avec ses bisous et ses câlins, j'avais oublié qu'il aimait bien faire ça. J'm'en souviens maintenant, à Emporos, il faisait ça souvent aussi, mais je croyais que c'était parce qu'il était ahiraa. Ptêt qu'il l'est ici aussi mais les gens de Tharros ont pas l'air très ouverts aux raaj qui se comporte comme une nin. Même moi, je me prends des regards de travers avec ma voix qui va pas avec mon corps.

Je suis content de voir que Theo s'occupe déjà d'être propre, j'avais peur qu'il délire encore un peu et que je doive le forcer. J'en ai un peu marre de devoir lui enlever ses vêtements alors si en plus il se secoue dans tout les sens.

« J’adore l’eau, elle est parfaite, merci. »


Je peux pas m'empêcher de pencher la tête sur le coté. L'eau est parfaite ? Ben oui, c'est de l'eau. Naah~, il parle peut-être de la température ? Mais avec Theo, on sait jamais. Si ça se trouve, il aime juste comment l'eau coule entre ses doigts. Moi aussi je m'amuse à faire ça des fois. C'est reposant.

En pensant à tout ça, je prends la paire de ciseau, l'ouvre et la referme pendant quelques temps. Je veux pas lui faire des cheveux courts non-plus à Theo, juste lui couper un peu les mèches, ça fait sale. Et si il vient avec moi à Dexia, il faut qu'il soit bien propre. Ce serait bête qu'un garde d'Emporos le reconnaisse, il avait fait beaucoup de bêtises avec son caillou magique, je crois que c'est pour ça qu'il est parti. J'étais très grognon ce jour-là. Mais je pouvais pas lui en vouloir, plutôt un Theo en cavale qu'un Theo en prison.

Je repose la paire de ciseau à sa place et je soupire, mauvais souvenir. J'espère que cette fois sera mieux. Qu'on trouvera des combines pas trop louches pour s'en sortir.

« Nooon ! »

Je sursaute, je me cogne contre la table, les ciseaux tombent par terre et je lève mes yeux surpris vers Theo. Ben qu'est-ce qu'il lui prends.

« Non non, t’as pas besoin de faire ça, je déteste ça ! »

Hein ? Ça, mais ça quoi ? Je regarde où il regardait. Là, c'était les ciseaux. Il aime pas les ciseaux ? J'ai pas le temps de lui demander qu'il commence déjà à faire de l'apnée sous son bain. Mais il va définitivement se tuer par son imbécillité, ce saadash !

« Theo ! »

Je cri, pas content du tout. Puis j'inspire, je me calme, je range la paire de ciseaux dans ma poche et m'approche doucement. Je remonte mes manches et l'attrape en dessous des épaules pour le remonter doucement à la surface. Puis je lui tapote la tête.

« Naah~, juste les pointes, ça sera pas longs... »

Il a pas l'air très convaincu. Je soupire et je me met à passer les mains dans ses cheveux mouillés pour remettre un peu d'ordre. Puis je réfléchis à un moyen de le convaincre. Quelque chose qui pourrait lui donner l'envie d'accepter. Il peut pas se trimbaler partout avec des cheveux de muuta.

« Si tu acceptes, je fais quelque chose pour toi en échange, tout ce que tu veux. Du moment que c'est pas un truc d'ahiraa. »

Sans m'en apercevoir, je continue de jouer avec ses cheveux et je commence à faire des nattes, comme quand on étaient petits avec Anu. Je me souviens qu'à une époque, j'avais les cheveux encore plus longs que lui, il aurait ri si il m'avait vu comme ça. Une vraie petite nin.

« Tu serais tellement joli avec juste les cheveux un peu plus court. »

Petit silence, soupire, je reprends.

« Quand Anu me coiffait, on jouait à un jeu, ça s'appelait l'histoire sans fin. Tu connais ? On pourrait y jouer pendant que je te coiffe. »

J'ai fini ma première natte.

« Mais si tu veux pas, tant pis... »

Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyMer 6 Mai - 6:50

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

Hier, je suis allé au marché...

Sentant les mains de Nyr glisser sous ses aisselles, le premier réflexe de Theo fut de se débattre, mais il se retint rapidement, de peur de blesser son ami d’un coup de coude mal placé. Et de toute manière il n’avait pas beaucoup de possibilités de retraite depuis le fond de son baquet.

Docile mais vexé, il se laissa remonter hors de l’eau mais continua à retenir sa respiration en signe de protestation, les joues gonflées et la lèvre boudeuse. Il aurait dû prendre la porte quand il en était encore temps.

Même lorsque Nyr lui tapota affectueusement la tête, il poursuivi dans son mutisme. « Naah~, juste les pointes, ça sera pas longs... » C’était aussi ce que lui disait sa mère à l’époque, et il avait toujours eu l’impression que ça durait des heures. Il détourna la tête d’un geste princier pour signifier son désaccord.

Le contacte des doigts de son ami dans sa chevelure trempée le raidit tout d’abord, il restait méfiant. Mais peu à peu, il se détendit. C’était bizarrement agréable quand c’était Nyr qui l’épouillait comme ça. Les petites chatouilles provoquées sur son cuir chevelue le firent frissonner, c’était presque reposant. Theo pencha légèrement la tête en arrière pour mieux en profiter.

« Si tu acceptes, je fais quelque chose pour toi en échange, tout ce que tu veux. Du moment que c'est pas un truc d'ahiraa. », les paupières à demi closes, il écouta la proposition de son papouilleur. C’était très intéressant, ça. Évidemment, exclure les “trucs de pute” réduisait quelque peu le champ des possibles, mais il trouverait le moyen de s’amuser quand même. Un sourire carnassier étira ses lèvres.

Il se laissa envahir par ses réflexions tout en profitant du semblant de massage crânien qu’il recevait. C’était amusant la façon dont quelques mots de notiens continuaient à se glisser dans les phrases de son ami. Quand il l’avait connu il ne parlait que ça, et en l’encouragent dans son apprentissage de l’alasyen, Theo avait fini par attraper quelques notions de son dialecte à lui.

Être une pute ne l’avait jamais dérangé en soit. Il rendait un service et était payé en retour, c’était donc un métier au même titre que boulanger ou tanneur. Moins respecté par la plupart des gens, mais il ne s’intéressait pas à la plupart des gens. Et puis il ne faisait pas de mal, il faisait même plutôt du bien. Peut être que c’était finalement le métier dans lequel il était le plus doué, au vu de ses récentes frasques en tant que voleur. Cette idée le fit ricaner à part lui.

La réflexion de Nyr le sorti des siennes : « Tu serais tellement joli avec juste les cheveux un peu plus court. » Theo sourit, ça aussi c’était un bon argument pour le convaincre. Plaire à son ami, bien sûr que ça l’intéressait. Il le laissa poursuivre, plus son argumentaire avançait plus il avait envie de savoir jusqu’où il irait pour essayer de le convaincre.

« Quand Anu me coiffait, on jouait à un jeu, ça s'appelait l'histoire sans fin. Tu connais ? On pourrait y jouer pendant que je te coiffe. Mais si tu veux pas, tant pis... », conclut Nyr. Il avait donc des souvenirs heureux avec sa sœur, leur relation actuelle ne pouvait en être que plus déchirante. Theo écarta ces pensées pour le moment, l’heure était à l’insouciance.

Il se concentra pour se composer une expression affligée, il arriva même à rendre ses yeux légèrement larmoyants avant de se retourner vers son ami. Il renifla et dit « Je pensais que tu me trouvais déjà joli. » Puis il papillonna des cils avant d’éclater d’un rire amusé.

Il reprit plus sérieusement, malgré le sourire joueur qui flottait sur ses lèvres : « Bon d’accord j’accepte, mais tu as promis de faire quelque chose pour moi en retour ! » Il se tapota le bout du nez de l’index. « J’ai pas encore décidé quoi… Je peux le garder comme un joker pour plus tard ? », demanda-t-il, une lueur malicieuse dans le regard.

Après quoi il s’installa dos à son ami, assis en tailleurs dans son bain, bien droit pour lui permettre d’officier à son aise. « C’est moi qui commence le jeu ! » s’exclama-t-il en gassouillant joyeusement. Il chercha une idée en chantonnant à voix basse. Theo était très content de pouvoir profiter de la compagnie de son ami et d’en plus être régalé d’un jeu.

« Hier, je suis allé au marché… », dit-il pour initier la partie.
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyMer 6 Mai - 13:15

Joli veux pas dire beau!.

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
« Je pensais que tu me trouvais déjà joli. »

Qu'il me fait avec sa tête de wlaad qui boude. Je soupire et lui lance un regard un peu agacé. Ben tiens, comme ils disent les gens d'ici, ça va les chevilles ? Jamais compris cette expression ceci dit.

« Naah~, t'es beau mais t'es pas encore joli ! »

Pour moi, beau et joli c'est pas la même chose du tout. On est beau au naturel, ou on est moche. Au choix. Mais on peut se rattraper en étant joli. A l'inverse, on peut pas compter que sur le fait d'être beau. Comme ce saadash de Theo qui croit que tout va bien aller parce qu'il est beau. Et ben non, ça marche pas.

« Bon d’accord j’accepte, mais tu as promis de faire quelque chose pour moi en retour ! »


Voilà qu'il se fait plus sérieux le Theo. Je savais que proposer quelque chose en échange le laisserait pas de marbre. Encore une fois, expression bizarre d'ici. Je hoche la tête, j'assume, j'attends juste qu'il me dise ce qu'il veut.

« J’ai pas encore décidé quoi… Je peux le garder comme un joker pour plus tard ? »

Naah~, ça sent pas bon, mais une parole est une parole. Je hoche la tête pour dire oui, le voilà qui s'installe bien comme il faut. Je lui caresse encore les cheveux en faisant un Naah~ de satisfaction, je vais pouvoir commencer mon affaire, moi.

« C’est moi qui commence le jeu ! »

Je hausse les épaules, du moment qu'il y a un jeu, on s'en fiche un peu de qui commence non ? Quoique certains jeux, vaut mieux commencer pour gagner. Mais ce jeu là, y a pas de gagnants. C'est juste pour passer le temps. Et on termine quand on en a marre. Alors j'attends patiemment que Theo trouve son idée en chantonnant.

« Hier, je suis allé au marché… »

« ...Pour y trouver du piment, sauf que... »

...Sauf que le magasin de piment était fermé. Oui, fermé. Alors Theo est reparti pour acheter autre chose quand il a vu une très belle femme qu'il a voulu...Inviter à manger. Quoi ? Rooh, c'est pas drôle ! Ben quoi, la bouffe c'est la vie ! Bon, il l'invite à manger mais ensuite il se la tape. Bon d’accord, mais ils ont des bébés ! Hein ?! Ben oui, des bébés, c'est mignons, un petit wlaad. Oui mais non. C'est toi qu'est pas drôle ! Le prends pas comme ça, hé, tu me tire les cheveux là !

Les mèches de cheveux tombent au sol, une par une, et le beau Theo devient joli aussi. Je lui tresse une natte dans les cheveux et tout est terminé. Je lui tapote la tête pour faire signe que j'ai fini.

« Naah~, voilà, t'es joli maintenant ! Les saadash de Dexia sauront même pas qui t'es ! »

Je continue de passer mes doigts dans ses cheveux, comme un peigne. J'aime bien la sensation des cheveux mouillés, ça m'amuse. Je suis tout pensif tout d'un coup, je réfléchis et ma tête est encore trop pleine d'idée.

« T'as eu des ennuis ici ? »

Je demande, le regard fixé sur ses cheveux.

« Si tu veux quitter le pays, je te conseille pas Proodos, ils sont pas tendre puis...Tu parle pas la langue. »


Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyJeu 7 Mai - 14:07

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

Tu m’as déjà vu débouler quelque part sans provoquer de catastrophe ?

Les joues de Theo étaient roses de bonheur. Il venait de se faire dire qu’il était beau, et par Nyr en plus ! Et le plus du plus, c’est que son ami allait le rendre joli. Il barbottait dans son bain de félicité tout en babillant joyeusement autours de leur histoire sans fin.

L’idée des bébés ne lui plaisait pas trop, c’était encombrant et puis il fallait tout le temps s’en occuper de ces choses-là, y aurait plus de temps de rigoler après. Theo pensait rarement à l’avenir, et au sien encore moins.

Sa plus grande préoccupation était généralement de savoir ce qu’il allait manger quand il avait faim, où est ce qu’il allait dormir lorsqu’il avait sommeil, et comment il allait s’allonger s'il était en charmante compagnie. Vous l’aurez compris, vous qui êtes plus éduqués – je vous le souhaite – que ce garçon, notre chère Theo était un hédoniste.

Il observa avec curiosité Nyr qui reproduisait sur sa chevelure la natte qui agrémentait la sienne, sa technique n’était pas tout à fait la même que celle pratiquée en Alasya. Grâce à cela ils auraient vraiment l’air de deux frères maintenant, Theo lui offrit un sourire enthousiaste. « Naah~, voilà, t'es joli maintenant ! Les saadash de Dexia sauront même pas qui t'es ! », il abonda dans son sens, le meilleur des déguisements était bien souvent l’ordinaire.

Ne boudant pas son plaisir, il continua à profiter des caresses capillaires prodiguées par son ami. La question de ce dernier le tira de son inertie : « T'as eu des ennuis ici ? Si tu veux quitter le pays, je te conseille pas Proodos, ils sont pas tendre puis...Tu parle pas la langue. »

Theo réfléchit à la question un instant avant de répondre, comme une évidence : « Bien sûr que j’ai eu des ennuis, tu m’as déjà vu débouler quelque part sans provoquer de catastrophe ? », il émit un bref éclat de rire insouciant. « Si je devais jamais retourner là où j’ai eu des ennuis, ça ferait bien longtemps que Proodos ferait parti de la liste. », poursuivi-t-il.

Il sorti du baquet et entreprit de se sécher avec un linge propre tout en continuant son explication : « En fait ce que je fais c’est que je tourne pas mal. J’attends qu’on m’ait oublié à un endroit pour y retourner, si j’ai trop fait le con là où je suis. »

Il haussa les épaules et se frictionna les cheveux, sa voix porta, quoi qu'un peu étouffée : « Ça fait longtemps que je fais ça mais ça me dérange pas, ça fait voir du pays. » Il releva un pan de la serviette pour pouvoir adresser un clin d’œil à Nyr. « Et puis ça fait faire des rencontres. »

À moitié sec, il abandonna le linge humide sur le lit à l’intention de l’aubergiste, et commença à rassembler ses affaires tout en s’habillant. « Bon il faut y aller, la journée avance, et tu voudrais qu’on arrive à Dexia au plus vite, pas vrai ? », pressa-t-il son ami d’un ton enjoué. « Mais pourquoi tu me demande ça, au fait ? »

Tout en écoutant la réponse de Nyr, Theo vérifia sa bourse. Elle contenait encore quelques pièces, il les utiliserait pour payer les suppléments de leur séjour à l’aubergiste. Il n’aurait qu’à exécuter quelques tours de fausse magie pour les pèlerins qu’ils croiseraient en chemin afin de la remplir quelque peu.

N'étant pas à la recherche de la stabilité, l'argent ne lui avait jamais manqué bien qu'il n'en possédait généralement que peu. Il trouvait toujours des combines pour combler ses besoins les plus vitaux, et dans le pire des cas, Ilios avait eu la sagesse de placer des clients partout.
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyJeu 7 Mai - 14:54

Non, c'est vrai, Naah~.

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
Il est très pressé de partir le Theo. Je sais pas ce qu'il a fait ici mais le fait de s'empoisonner tout seul a l'air de lui donner encore plus l'envie de partir. Je penche la tête sur le coté, dolya, dolya, tout ça. M'enfin bon, je pose pas plus de questions, je connais le raaj. Il a sans doute fait le saadash un peu partout. Une fois de trop, sans doute.

Je le regarde se rhabiller d'un œil curieux, pour voir si il mange bien. L'est moins maigre que dans mes souvenirs mais est-ce que mes souvenirs ont raison ? Je sais pas trop. Je sais juste qu'on a bien couru dans les rues de Proodos ensemble et qu'il m'a apprit à chouraver. A savoir si il avait la peau sur les os...Et moi, je ressemblais à quoi ?

« Mais pourquoi tu me demande ça, au fait ? »

Je le regarde dans les yeux cette fois. Parce que mon regard c'était perdu sur un endroit muhraj. Je me demande un moment de quoi il parle et je lui réponds d'abords.

« Ben, tu fais tout le temps des bêtises alors... »

Je m'arrête, il sait qu'il fait toujours des bêtises, il sait que je sais, donc il demande pas pour ça. Il demande pour quoi alors ? Ah, ptêt pour Proodos. Ben Proodos...

« En fait, si t'étais parti à Proodos, j'aurais pas pu te suivre »

Je dis en souriant tristement. Je veux pas revoir Anu, déjà que je sais pas si elle va venir me chercher ici, ce serait bête de venir la chercher. J'ai encore envie de vivre quelques bénédictions. Puis je secoue la tête pour chasser ses pensées qui viennent sans que j'ai envie. Je regarde Theo qui lui, regarde son porte-monnaie.

« Naah~, j'ai encore un peu d'argent, pas besoin d'aller faire du sexe avec des gens, Theo... »

Je suis un peu embêté, faire du sexe ça prends du temps et j'ai pas envie de rester à attendre Theo. Et saadash comme il est, il me fera un clin d’œil en demandant si je veux le rejoindre et je vais encore rougir pour rien. Il m'énerve par fois à parler comme ça mais je l'aime bien quand même, sinon je lui demanderais pas de venir je pense.

« J'ai rempli un bon contrat, donc on en a encore pour quelque jours de voyages, on sera à Emporos très vite si on part maintenant. »

Enfin, façon de parler. On a quand même une bonne semaine de trotte. Voir plus. Mais j'ai pas envie d'avoir des mauvaises pensées, on trouvera un moyen de gagner de l'argent autrement. Sauf si il a vraiment envie de s'amuser.

Avec mon petit tour à Sofia, ça fait trop longtemps que j'ai pas vu Dexia, j'ai vraiment hâte de revenir. La nourriture me manque surtout. Et le reste aussi. Et la sirki m'attends sans doute pour avoir ses poisons. Elle va peut-être même être en colère de pas m'avoir vu pendant si longtemps, j'ai hâte de voir ça !

« Enfin, je t'empêche pas. Si tu veux en faire, tu en fais. Mais demande beaucoup d'argent alors. »

Il serait pas question de se laisser rouler dessus sans avoir du flous ! Hors de question, à bonne marchandise, bon prix comme disait oumma. Theo est beau et maintenant il est joli, il vaut bien sa somme d'or.

Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyVen 8 Mai - 17:35

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

L'appel de l'aventure.

Les paquetages furent rapidement prêts, ils allaient pouvoir partir. Theo s’était activé tout en écoutant les pérégrinations de son ami d’une oreille amusée. « Mais t’es obsédé par la prostitution et le sexe ce matin, c’est pas possible. », réparti-t-il en lui tirant la langue.

Son sac sur l’épaule, il s’approcha de Nyr pour lui fourrer son paquetage dans les bras et en profita pour faire glisser une main sur les reins de ce dernier, tout en ajoutant d’un ton joueur : « Tu sais que t’as qu’à demander ? »

Après quoi il sorti de la chambre sans attendre de réponse et en pouffant, très fière de sa plaisanterie. Il jeta quand même un coup d’œil par-dessus son épaule pour observer la réaction de son ami, elles étaient généralement beaucoup trop amusantes pour qu’il manque ça.

Une fois arrivé en bas il s’enquit des frais qu’il restait à régler pour le bain, l’eau des tisanes, et tout le reste. Par chance il avait encore assez d’argent, aussi se fit-il un plaisir de payer l’ardoise. « Je te dois déjà bien assez. », se justifia-t-il auprès de Nyr avec un sourire reconnaissant.

Ils sortirent tous deux et prirent directement la route de d’Emporos. Theo était légèrement inquiet à l’idée qu’ils soient partis si tard dans la journée. Avec sa convalescence toute fraiche, il n’était pas sûr d’avaler la route aussi bien que d’habitude, or il ne voulait pas forcer Nyr à rester à Tharros plus longtemps.

Dés qu’ils furent sortis du village il lança la conversation : « T'es peut-être pas au courant, mais j’ai d’autres moyens de gagner ma vie, au fait ! » Theo sortit une pièce de sa poche et entreprit de faire la démonstration des quelques tours qu’il pouvait exécuter avec.

« J’ai d’autres trucs que je peux faire avec une plume, et je connais pas mal de choses avec des cartes aussi ! »
, dit-il en continuant à faire rouler la pièce d’une de ses phalanges à l’autre. « Les cartes c’est pas mal parce que tu peux faire tourner des paris et cætera, mais ça plait rarement aux autorités locales et ça amuses pas autant les enfants. Conclusion, toujours s’adapter à son public. »

En parlant de cela, il repensa à ce que Nyr avait dit un peu plus tôt sur le fait qu’il devait demander plus d’argent pour les passes. Le compliment avait fait mouche, et voilà qu’il souriait à nouveau d’un air bêta.

Il se demanda si son ami avait raison, mais il conclut bien vite que sa valeur n’existait que dans le regard de l’autre. Ce qui lui permettait de penser qu’il avait de la valeur pour Nyr. Encore une jolie idée qu’il rangea bien soigneusement dans sa tête.

Theo tourna le visage vers son ami, les yeux pétillants de bonheur, il adorait voyager et il adorait son compagnon, tout était pour le mieux.

Les changements de paysages et de têtes étaient ce qu’il y avait de mieux pour briser le quotidien, et il était à chaque fois excité par le frisson de la découverte. Même lorsqu’il revenait à un endroit qu’il avait déjà visité, il se demandait toujours ce qui avait changé pendant son absence.

« Je penses qu’on va pouvoir dormir à la belle étoile ce soir, le temps s’y prête. Comme ça on économisera pour la suite du voyage, et puis on pourra monter un campement, et si on trouve des pommes on pourra les faire griller sur le feu ! Ça va être trop génial ! T’en dis quoi ? », s’enthousiasma-t-il d’une traite sans respirer.
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptySam 9 Mai - 10:22

L'appel des emmerdes.

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
« Mais t’es obsédé par la prostitution et le sexe ce matin, c’est pas possible. »

La phrase est comme une baffe dans la tronche, du coup je sais plus trop quoi dire. J'ai été malpoli, mince. Je rougis un peu. Je voulais pas l'insulter, mais c'est vraiment que beaucoup de gens voient mal les ahiraa, peut-être qu'il a prit ça comme une insulte mais il l'était quand on était à Emporos alors j'ai pensé...Quel saadash je suis. Insulter mes amis comme ça, y a vraiment que moi pour faire ça.

« Tu sais que t’as qu’à demander ? »

Ça à l'air de l'amuser de dire ça. Naah~, moi ce que je me demander c'est pourquoi il le demander, je hoche la tête sur le coté, perplexe.

« Mais si je demande, tu me feras payer non ? C'est un peu débile vu qu'on est censé gagner du flous ensemble. »

A quoi ça sert de s'échanger de du flous quand on doit le mettre en commun. J'essaye en même temps de me demander ce qui se passe dans sa tête, peut-être qu'il trouve le problème drôle, se payer avec son propre flous c'est complètement saadash, c'est vrai. Et moi aussi ça me fait rire un peu du coup.

Quand on quitte la chambre pour aller payer, j'ai pas le temps de sortir mon flous que Theo paye déjà tout. Il me dit qu'il me le doit, moi je suis pas d'accords parce que c'est moi qui aurait du faire plus attention à mes affaires mais je dis rien, j'ai peur de le vexer encore. Il faudrait que je m'excuse, il faudrait vraiment que je m'excuse. D'ailleurs, une fois sorti du bled, il me relance encore sur le sujet.

« T'es peut-être pas au courant, mais j’ai d’autres moyens de gagner ma vie, au fait ! »

je hoche la tête sans rien dire. Je sais pas quoi dire, j'essaye de trouver des mots pour m'excuser dans ma tête, c'est pas facile. Puis j'ai rigolé à sa blague avant, peut-être que ça aussi il l'a mal prit, peut-être que c'était même pas une blague. Peut-être qu'il était vexé. Mince. Qu'est-ce que je suis censé faire, Naah~ ?

« J’ai d’autres trucs que je peux faire avec une plume, et je connais pas mal de choses avec des cartes aussi ! »

Comment je suis curieux, je le regarde faire avec sa pièce. Depuis quand il a apprit ça ? Il savait déjà le faire à Emporos ? Pourquoi j'ai jamais remarqué ? Je suis vraiment, mais vraiment un saadash. Pauvre Theo, ma mémoire c'est plein de trous, tout ce que j'ai retenu de lui c'est qu'il était beau et que les gens l'aimaient bien. Bon, je me souviens aussi qu'il a fait des bêtises avec son caillou mais encore une fois, peut-être qu'il faut pas lui dire. Il m'explique qu'il sait aussi faire ça avec d'autres trucs et que ça peut aussi rapporter du flous, c'est bien. Je veux pas qu'il se mette en danger avec ses combines, puis vu que c'est moi qui lui ai demandé de retourner à Dexia, ce serait un peu de ma faute aussi...

Alors qu'on s'éloigne peu à peu du bled pour croiser que quelques maisons de temps en temps et des troupeaux de kharouf ou de bagra, Theo, tout content, continue son de parler sans s'arrêter.

« Je penses qu’on va pouvoir dormir à la belle étoile ce soir, le temps s’y prête. Comme ça on économisera pour la suite du voyage, et puis on pourra monter un campement, et si on trouve des pommes on pourra les faire griller sur le feu ! Ça va être trop génial ! T’en dis quoi ? »

Je réponds pas, puis après un long silence, je regarde Theo d'un air franchement désolé.

« Pardon, j'aurais pas du te dire ça, pour les trucs de Ahiraa. C'est juste que à Emporos...Naah~, je sais pas m'excuser. Pardon, vraiment, je suis un saadash... »

Je secoue la tête en me claquant les joues en même temps pour essayer de chasser toutes les idées pas gentilles qui me viennent en tête et garder que celles qui me permettent de parler correctement. C'est pas facile du tout.

« Je veux pas que tu t'attires des ennuis à cause de moi, parce que je t'ai demandé d'aller à Dexia. Je veux qu'on soit contents tout les deux, comme avant. Même si...Même si avant on faisait n'importe quoi... »

Période de silence, illumination. Je me rends compte que ça sent bon. Je tourne la tête dans tout les sens pour m'apercevoir d'un truc. Là, dans la maison à coté de laquelle on passe, ils font reposer une bonne brioche sur le rebord de la fenêtre. J'ai des nijma dans les yeux tout d'un coup. J'ai le ventre qui gargouille.

« On pourrait...Tu crois que tu peux courir ? »

Je lui demande content comme un wlaad. J'ai envie de faire comme à Emporos. De toute façon, on s'en va, autant marquer le coup, comme ils disent ici.  

Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyDim 10 Mai - 19:02

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

Demandez et vous serez servi.

De toutes les réponses possibles à sa proposition de faire griller des pommes, Theo ne s’attendait pas à celle-là. Nyr avait l’air sincèrement désolé et misérable, sauf que ce n’était absolument pas nécessaire. Il regarda bouche bée son ami se frapper, hésitant entre rire et pleurer.

Pour le coup il sentait qu’il allait devoir prendre le temps de lui expliquer, il ne pouvait pas le laisser ignorer la différence entre un client et… un amant. Le mot le fit tiquer. Nyr était son ami depuis si longtemps, il ne pouvait pas imaginer entres eux une relation se résumant à un simple échange charnel. Mais dans ce cas quel genre de relation cela serait-il ?

Abimé dans sa réflexion, il sursauta à la question de son ami : « On pourrait... Tu crois que tu peux courir ? » Il avisa alors l’objet évident de sa convoitise, Nyr couvait d’un regard gourmand une brioche abandonnée sans surveillance.

Theo laissa échapper un petit rire, par bien des aspects et en bien des occasions, son cadet était pire que lui. « Il y a qu’un seul moyen de le savoir » réparti-t-il d’un ton amusé. Il fondit sur le trésor doré, l’attrapa d’une main, se brûla, et fila à toute berzingue sans demander son reste.

Les bruit de la course de son ami, juste derrière lui, ne parvinrent pas à masquer le bouquant que fit la propriétaire de la pâtisserie en déboulant hors de sa masure, brandissant un balai et les insultant à tout va.

Très satisfait de son forfait, le voleur parti dans un grand éclat de rire avant de virer pour couper à travers champs. Ses jambes le portaient mieux qu’il ne l’avait espéré, s’élançant comme si elles allaient se disloquer, dans une ardeur évidente à servir de nouveau après cette période d’alitement.

En revanche, il commençait à ressentir à nouveau un tiraillement dans le flanc droit. Très légère au début, la douleur augmenta progressivement à mesure de sa course effrénée. Au bout de 800 mètres, une lame à blanc fourrageait à nouveau dans ses entrailles.

Theo jeta un dernier regard en arrière, cela faisait un moment qu’ils n’étaient plus poursuivis. Le champ était ceinturé par une rivière au bord de laquelle s’épanouissait un sol pleureur. Le voleur tituba légèrement jusqu’à l’abris de l’arbre solitaire et se laissa tomber dans son ombre salvatrice.

Étendu sur le dos, sa poitrine se soulevant de manière frénétique, il haletait. Il porta son butin à sa bouche et mordit joyeusement à même la miche encore tiède avant de la faire passer à son ami. Il attendit que sa respiration recouvre son rythme normal pour prendre la parole.

« Il faut que je t’explique un truc Nyr, c’est important… pour moi. »
, hésita-t-il, il n’avait pas prit le temps de réfléchir à comment il allait aborder la question. « Déjà, tu ne m’as pas vexé quand tu as parlé des trucs d’Ahiraa. », bien que s’appliquant il écorcha copieusement la prononciation du Notien. « Et je te promets que si un jour tu me vexe je te le dirais clairement, parce que je ne veux pas qu’il y ai de malentendu entre nous, tu sais que tu es mon frère des rues et que je t’aime. »

Ça, c’était la partie facile. Maintenant, pour la suite : « Et puis euh, quand je fais du sexe pour l’argent et quand je fais du sexe pas pour l’argent c’est très différent tu sais. Quand c’est pour de l’argent je fais ce qu’on me demande parce que je suis payé pour ça. », s’empêtra-t-il. « Mais quand je le fais avec quelqu’un parce que j’en ai envie alors c’est un partage, un échange, et… dans ces cas là il n’y a jamais d’argent. » Son regard restait fixé sur le feuillage au-dessus de lui. « Ce que j’essaie de t’expliquer, et je sais pas si ça fera sens pour toi, c’est que si je le faisais avec toi je n’aurais pas besoin que tu me payes. »

Il écouta les mots qui venaient de s’envoler dans l’atmosphère chaude de cette fin de matinée. Pourquoi est-ce qu’il parlait de ça, déjà ?
@Nyr
THX 4 reading
Nyr
Nyr
110
01/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #DB5969
MERCENAIRE
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyDim 10 Mai - 20:44

Et ça sait même pas dire Ahiraa....

[+16] Et ça, je peux te le voler ? Kvav
Voler la brioche, ça a été très simple et très drôle. J'me souviens le nombre de fois où on volait des trucs sur les étales à Emporos. J'ai toujours été plus agile que Theo donc pour me sortir des petits rues c'était facile, du coup c'était lui qui récoltait les problèmes bien souvent. C'est un peu méchant de ma part mais je pense que sans ça, j'aurais jamais été mercenaire à Dexia. Parce que ma réputation était déjà pas génial quand j'ai commencé alors si j'avais été choppé par les gardes, ça aurait été encore pire.

Le plus drôle dans l'histoire c'était d'entendre la vielle gueuler derrière, en courant, je me suis retourner pour la traiter d'alkaliba, sûrement qu'elle a rien compris cette cruche. Au bout d'un moment, vielle comme elle est, elle s'est essoufflée et nous a lâché. Je suis même pas désolé pour ça.  On a encore couru un peu et Theo a décidé de s'arrêter au bord d'une wodya au moment où je commençait à m’essouffler un peu. J'avais oublié à quel point chouraver des trucs pouvaient être chouette.

On s'est allongé à l'ombre d'un arbre, Theo à commencé à manger la brioche avant de le la donner, c'est là que j'ai vu qu'il avait des traces de brûlure sur les doigts, j'ai froncé les sourcils. J'ai commencé à chercher dans mon sac quand il m'a interrompu.

« Il faut que je t’explique un truc Nyr, c’est important… pour moi. »


Je l'ai regardé bizarrement et j'ai arrêté de chercher. J'ai froncé les sourcils quand il a dit Ahiraa, même après tout le temps à lui apprendre un peu de notien, il prononçait toujours mal. Comme un raaj complètement skrii.

« C'est Ahiraa, pas Ayara... »

J'ai dis en claquant de la langue. Mais j'ai continué à écouter quand même. Parce que c'était vraiment important. C'est vrai que c'était important qu'il me dise si il été vexé parce que saadash comme je suis, je pourrais le faire sans m'en rendre compte. Je comprends pas très bien ce qui se passe dans la tête des gens parfois. Voir tout le temps. J'ai bien aimé quand il m'a rappelé qu'on était frère d'âmes (enfin, lui, il dit de rue) et j'ai un peu rougi (je sais pas pourquoi) quand il a finit en disant qu'il m'aimait. J'ai hoché la tête en j'ai mordu dans la brioche avant de dire la bouche pleine.

« Merci, je suis vraiment saadash, je comprends pas toute ces choses... »

Ensuite, je l'ai écouté parlé de son travail. Il me disait qu'il faisait pas forcement payer, qu'il y avait une différence. Que j'étais pas un client. Vu comme ça c'était déjà plus logique en effet, ce que je suis saadash...

« Tu jures que je devrais pas payer hein ? »


Je mord une seconde fois dans la brioche et lui redonne, jetant un coup d’œil au passage à ses mains, je grimace un peu parce que j'aime pas ce que je vois. Je me souviens de ce que je voulais faire et je recherche à nouveau dans mon sac. Je sort l'onguent que j'utilise habituellement pour les blessures, ça désinfecte et ça cicatrice bien. Je dis sans trop y réfléchir, pendant que je cherche.

« Parce que tu serais le premier pour moi. Ce serait un peu bizarre, tu vois. Alors j'ai pas envie de payer si je suis pas sur d'aimer ça. C'est un peu comme la nourriture, j'aime pas payer de la nourriture pas bonne »

Puis je regarde la brioche que Theo tient dans ses mains.

« Alors autant en voler de la bonne non ? La bouffe c'est la vie de toute façon. »

Après un long moment à rien dire, je finit par lancer sur le ton d'une oumma qui parle à son wlaad.

« Bon, maintenant assis-toi, je vais mettre de la pommade sur tes vilaines brûlures et si t'es sage, t'auras un bisou sur le front. »

Theo
Theo
38
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Criminel
Couleur: #66CCFF
CRIMINEL
[+16] Et ça, je peux te le voler ? EmptyLun 11 Mai - 19:50

"C'est pas du vol, je prends juste ce dont j'ai besoin !"

Je le jure, votre honneur !

En effet, il valait mieux en voler de la bonne. Theo médita un instant sur cette phrase. Si Nyr n’avait pas été Nyr, il aurait juré qu’il lui faisait des avances. Malheureusement, c’était bien Nyr. Le jeune homme soupira, cette aventure prenait vraiment des allures de retraite monacale.

Roulant sur le côté, il vint appuyer sa tête dans sa main libre pour observer son ami avant d’enfourner une nouvelle bouchée de la pâtisserie. La bouche pleine, il répondit le plus sérieusement de monde : « Je promets solennellement de ne jamais te faire payer pour du sexe... »

Puis, pour faire bonne mesure, il ajouta : « Et oui, la bouffe c’est la vie. » Les deux affirmations étaient aussi sincères l’une que l’autre. La nourriture était le premier bien qu’il se procurait dès qu’il gagnait un peu d’argent. Sucré, salé, gras surtout ! il aimait tout. Continuant de bouloter la brioche avec appétit, il songeait à tous les trésors qu’il pourrait s’offrir à sa prochaine paye, sans oublier bien sûr de s’assurer que Nyr reçoive plus que sa part.

Lorsque celui-ci exigea qu’il s’assoie, il obtempéra sans réfléchir et lui présenta sa main rougie. « Ce n’est vraiment pas grand-chose, si t’avais pas été là j’aurais laissé comme ça et ce serait parti tout seul. » objecta-t-il en examinant l’épiderme abimé.

Ce genre de bobos il s’en faisait tout le temps, aussi savait-il parfaitement qu’il n’y avait pas matière à traiter. Cependant il se laissa faire docilement, la texture fraiche de l’onguent sur sa peau asséchée n’était pas désagréable. Et puis encore une fois, il aimait bien quand Nyr s’occupait de lui ainsi.

Penché en avant, le prodosien laissait inconsciemment sortir un petit bout de langue sous l’effet de la concentration. Une fine mèche de cheveux venait piquer le bout de son nez légèrement retroussé ce qui lui faisait plisser les yeux. Son petit minois tout renfrogné était adorable, et Theo ne put s’empêcher de pouffer d’un mélange d’amusement et d’attendrissement.

Son regard glissa par-dessus la tête de Nyr et se posa dans le lointain sur ce qui ressemblait à un verger. Il tendit un doigt enthousiaste vers la vision : « Là-bas, regarde ! Ils vont forcément avoir des pommes ! »

Tout excité, il ne tenait plus en place, occupé qu’il était déjà à dresser le campement dans sa tête. Il fallait aussi récolter du bois bien sec pour le feu, et faire des tas de feuilles mortes pour poser les couvertures par-dessus, ce serait plus confortable. Peut-être qu’ils pourraient s’installer plus en aval de la rivière, le soleil était encore haut et ils devaient continuer d’avancer en direction d’Emporos.

Theo s’imaginait déjà raconter des histoires qui font peur dans l’atmosphère chaleureuse du brasier, un fruit embroché précautionneusement tendu au-dessus des flammes. Aussi loin qu’il voyait, c’était ce que la vie avait de mieux à offrir. Il reporta des yeux pétillants sur son ami : « Qu’est-ce que t’en dis, on y va ? »
@Nyr
THX 4 reading
Contenu sponsorisé
[+16] Et ça, je peux te le voler ? Empty

Laisse-nous un petit mot !
NOS PARTENAIRES
[+16] Et ça, je peux te le voler ? 64ozdecay-100[+16] Et ça, je peux te le voler ? Hokv_b11 [+16] Et ça, je peux te le voler ? Part6Hell Dorado