Les couloirs ont des oreilles  B9rmV6G
-39%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
229,99 € 379,00 €
Voir le deal

Les couloirs ont des oreilles

Madelyne
Madelyne
14
17/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Métier: Noble
Couleur:
NOBLESSE
Les couloirs ont des oreilles  EmptyDim 26 Avr - 17:40
Les couloirs ont des oreilles

Madelyne traversait les couloirs aux côtés de Mayth. Leurs pas résonnaient dans l'espace clos les menant à la salle où devait se dérouler la réunion. Elle s'en remémora le sujet. Andreios recevait la visite d'un chercheur de l'Ordre venu les entretenir de l'avancée de leurs recherches et du bon usage de leur argent. Quand bien même Tharros et Sofia s'accordaient sur leur commerce et leurs politiques, Madelyne doutait de l'entière bienveillance et sincérité de l'ordre. L'obscurité de la magie, si elle la savait nécessaire, la mettait mal à l'aise, mais comme d'autres grandes familles, les de Pylgrimm avaient un intérêt dans ces études, autant intellectuel que pécuniaire. Naturellement, ils s'étaient proposés pour accueillir cette importante entrevue au sein du manoir familial situé dans la capitale, occupé à ce jour par Mayth et Madelyne. Tous deux, sans autre soucis que ceux de leur famille, se pliaient à l'effervescence de la capitale, gardant un faible lien avec sa politique.

Répondant au froid du Repos, elle s'était vêtue d'une robe à l'épais tissu pourpre et aux liserées d'or qui, serrant sa taille et ses bras, remontait en haut de son coup. Sa veste d'un rouge plus sombre presque brun, entourait ses mains et épaules d'une dense fourrure. Ils arrivèrent devant la porte désirée. Madelyne passa sa main dans sa coiffure basse, tirée, pour s'assurer qu'aucune mèche ne s'était libérée. Le dos droit, le regard fixant la porte qui s'ouvrait, Mayth lui demanda :

« Comment se nomme notre envoyé ?
- Hermès Trimégiste. » Lui rappela-t-elle, aussi droite et sévère que l'était son frère.

Un sourire complice se dessina sur leurs lèvres alors qu'ils entraient dans la salle, sourire qu'ils n'eurent pas besoin d'échanger.


*


L'assemblée s'était déroulée dans le calme, malgré les questions exaltées du Conseiller Nilhart. À chaque entrevue avec un chercheur de l'Ordre, Madelyne s'amusait de sa frustration à ne pas comprendre le mystère des artefacts malgré le grand intérêt qu'il y portait. Elle était admirative de cette passion pour un sujet qu'il ne maîtriserait jamais tout à fait et qui n'était qu'une partie de ses multiples préoccupations.

Le temps des discussions, elle avait observé chaque représentant, notant l'âge qui s'était inscrit sur leur visage, la profondeur et l'assurance de leur voix, leur air soucieux ou assuré. Hermès Trimégiste était assis à la droite du Conseiller. D'un âge proche de celui de Madelyne, le noir de ses cheveux tranchait avec le bleu de ses yeux, lui donnant un aspect plus sombre, plus sérieux que l'homme mature s'agitant à ses côtés.

À la fin de l'échange, l'assemblée s'était divisée se dirigeant en petits groupes vers le salon où se tiendrait une réception. En sortant de la salle, certains nobles s'entretenaient d'affaires personnelles, fixaient de nouvelles rencontres. Mayth avait posé sa main sur l'épaule de sa soeur tandis qu'elle finissait de se lever.

« Je m'en vais faire avancer mes projets. » Lui souffla-t-il.

Elle lui offrit un sourire entendu puis le regarda se rendre auprès de Maegen d'Erelor. Jeune homme d'une trentaine d'année au regard jovial, il était le frère de la jeune fille que Mayth courtisait depuis quelques semaines. Madelyne s'en réjouissait. Enfin son frère se décidait à entamer une relation autre que celles qu'il entretenait avec ses esclaves. Qui plus est avec une fille dont la famille partageait une vision commune à la sienne et qu'elle appréciait.

La jeune femme sortit seule, examinant les groupes qui s'étaient formés dans le long couloir. Une agitation à sa gauche attira son attention. Ayant quitté la pièce avant elle, le Seigneur Nilhart parlait encore et toujours au jeune chercheur dans de grands gestes. Elle se demandait si ce dernier appréciait l'intérêt qu’on lui portait. Madelyne se décida à interrompre cette discussion. Elle souhaitait s'entretenir elle aussi avec Hermès Trimégiste. Elle s'approcha doucement des deux hommes pour venir se placer à côté du Conseiller, faisant face à l'envoyé de l'Ordre. Elle les salua d'un respectueux mouvement de tête, coupant l'élan du vieil homme.

« Messieurs. »

Le Conseiller lui rendit son salut, surpris, mais toujours animé par son enthousiasme.

« Mademoiselle de Pylgrimm ! »

Elle ne lui laissa pas l'occasion de reprendre son discours.

« Mon Seigneur, me permettriez-vous de m'entretenir avec Monsieur Trimégiste quelques instants ? »

Sa question était posée d'une voix ferme et polie. Le Conseiller accepta sa requête à contrecoeur, laissant le chercheur aux soins de la demoiselle. Madelyne, attendant que le Seigneur de Nilhart s'éloigna suffisamment, n'avait quitté le chercheur des yeux, ce qui n'était pas chose aisée : il la dépassait d'une vingtaine de centimètres. Après un bref instant, elle se présenta dans sa naturelle froideur respectueuse.

« Monsieur Trimégiste. Madelyne de Pylgrimm, fille d'Edward de Pylgrimm. Je suis ravie de pouvoir vous adresser quelques mots. »

Impassible, elle nota la présence d’un soldat arborant les couleurs d'Andreios en retrait du jeune homme. Grand, les cheveux blonds presque blancs, il devait être le garde personnel qu’on lui avait attribué ayant dû attendre la fin de l’assemblée.

Silence
Silence
22
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 27
Métier: Soldat
Couleur: Crimson
SOLDAT
Les couloirs ont des oreilles  EmptyLun 27 Avr - 7:22
Les couloirs ont des oreilles
feat Hermès & Madelyne

Il fronçait des sourcils, lui conférant un air froid cependant ce n'était pas de l'agacement -il s'agissait simplement d'une méthode pour réprimer tant bien que mal un bâillement malvenu parmi ce beau monde. Ah pourvu que ça finisse bientôt... S'il avait l'habitude de rester des heures durant à rien faire sinon observer les pigeons, les discussions de l'assemblée étaient semblables à une berceuse. Un bruit de fond. Sans intérêt.
Toutefois, il se réjouissait d'avoir été convié à un tel événement : ce n'était pas tous les jours qu'il lui était offert d'approcher de si belles demoiselles ! S'il n'avait aucun goût pour le faste, il fallait bien s'avouer que ces parures et riches tenues savaient mettre les silhouettes en valeur... Ah, et ces sourires enjoliveurs tranchant avec le morne des conseillers suffisaient à le garder éveillé. Mais bien sûr, il ne pouvait rêver que de courtiser ces femmes de la haute. Parce que, concrètement, les aventures avec ces bourgeois et royaux impliqueraient bien trop de problèmes.

Nan, ce qui lui conviendrait, ce serait une jolie fille d'un milieu modeste, travailleuse et qui n'aurait pas peur de quitter la ville pour la campagne ; il était d'avis que ces dames-là n'oseraient même pas passer une nuit dans une ferme.

Silence enterra ses pensées vagabondes alors que l'assemblée prenait fin et que chacun s'en retournait vaquer à ses occupations ou comme le sir Trimégiste à cet instant, se faisait aborder pour poursuivre en petit comité le débat. Le soldat quitta donc son muret et le reste des gardes pour s'approcher un peu plus de l'invité à sa charge. À distance respectueuse évidemment.
Ils n'avaient pas encore eu le temps d'échanger ; Silence était venu le chercher directement pour le mener à cette réunion après tout. Mais de toute manière, on n'attendait pas d'un garde qu'il fasse vraiment la conversation hein, et s'il se mettait à babiller de tout son saoul, à tous les coups on lui reprocherait de ne pas être assez attentif aux menaces potentielles.
Bref, c'était un jeunot qui semblait plutôt discret et qui ne devrait pas lui attirer trop d'ennuis durant son séjour... sauf si le vieux Nilhart continuait son incessant babillage ponctué de postillons et d'haleine cadavérique.

Puis elle s'en vint, belle vêtue de rouge, égayer de beaucoup cet ennuyant et odorant tableau. Silence ne put s'empêcher d'esquisser un fin sourire que rapidement il dissimula derrière le col haut de son uniforme. Sa poigne autour de sa lance s'était aussi raffermie et sans qu'il en ait eu réellement conscience, il se tenait droit comme un piquet. Il prit soin, conformément à sa position, de ne pas croiser son regard.

Nous reprendrons cette discussion bientôt tant il est un plaisir de converser avec vous, monsieur Trimégiste. Je vous laisse donc aux bons soins de Mademoiselle de Pylgrimm.

Silence l'observa s'éloigner à menus pas, comme à regret -puis il détailla discrètement la nouvelle venue tandis que les salutations étaient échangées. Pourvu qu'ils n'aient pas la mauvaise idée de quitter les lieux... Ici au moins, peu de risque d'une quelconque altercation -et au pire, les gardes royaux s'en chargeraient.


***

RP EN COURS :
Hermès
Hermès
11
05/04/2020

Feuille de personnage
Âge:
Métier:
Couleur: #09508F
CHERCHEUR
Les couloirs ont des oreilles  EmptyMar 28 Avr - 14:28



Les couloirs ont des oreilles


A l'université de Yule,Hermès contemplait la kaléidoscopie de couleurs réfléchissantes à travers la vitre sur la lettre imprimée. Il s'amusait à  retourner celle-ci dans tous les sens pour imaginer quel position serait la plus jolie. Les lumières semblaient briller bien plus que la calligraphie en encre noire écrite sur le parchemin, qui elle faisait plus peur. A quoi joue l'Ordre? Que veut la déesse? Quel destin es-tu en train de me dicter sur ce bout de papier? Etait-ce là une fatalité imposée par son indéfectible rigueur ou une escapade à ma misérable existence? Avait ce de l'importance? Je pliais et rangais le papier sans l'avoir lu. "L'Ordre veut vous reçevoir, notre très cher Hermès" me dis-je à moi-même sur un ton anodin, une fois la porte d'entrée franchit. Puis je me mis à admirer mon reflet dans le miroir toujours en face de l'entrée. Il était toujours plaçé là pour pouvoir distinguer quelle différence séparait l'aujourd'hui du lendemain. Cheveux noirs, yeux bleus costume et cravate forcée, chausses en cuir noir, c'était habituellement la tenue employée par les diplomates. "Tiens, il semble qu'aujourd'hui soit un jour différent." ajoutais-je en regardant la fine fissure qui vient d'apparaître à la surface du miroir.

L'Ordre des chercheurs est une assemblée mesquine, sournoise et intransigeante. Elle pouvait vite te mettre dehors si tu ne lui obéissais pas ou que tu ne leur plaisais pas. Quelque soit les problèmes, elle trouvait toujours une réponse à ces derniers. Et cette règle ne s'applique pas qu'a celle-ci, mais aussi au reste du monde. Et le chercheur l'avait très bien compris.

"Monsieur Trimégiste, nous avons là une affaire à vous confier. Nous savons bien de quels capacités vous pouvez faire preuve dans un tel contexte. Mais aujourd'hui vous êtes un homme différent, vous participez aux moeurs de l'Assemblée." déclara le sécrétaire.

"je suis content que ce soit le cas. Que puis-je faire pour vous?" répondais je poliment.

"Nous avons entendu d'ici là que Thauros est en conflit avec Dexia. Nous espérons pouvoir diplomatiser avec eux sans nous immiscier dans leurs histoires et essayer d'effrener l'engrenage. Il s'agit d'un royaume très belliqueux, vous devez seulement apporter et expliquer calmement la réponse et la lettre que nous leur envoyons."    

"J'expliciterai simplement la pensée de l'Ordre tout en essayant de pouvoir obtenir des avantages pour nos recherches."

"Bien. On attend juste de vous à faire votre travail."

Hermès n'avait aucun opinion sur le pourquoi du comment des évènements. Il ne faisait que de suivre les pas de la déesse comme le rayon de lumière qui traverse l'obscurité. A vrai dire, il n'est pas diplomate il allait seulement jouer le role qu'on lui assigne. Quel que soit l'obstacle, il mènerait à bien la mission, sa mission.



**************************************************************


Arrivé à Tharros,un soldat du nom de Silence l'avait conduit jusqu'au château royal. Ce dernier avait fier allure. Gigantesque et majestueux, il montrait bien sa puissance et son influence sur les terres qu'il possédait. "Est ce dans ce lieu que je trouverai des réponses?" me dis je en le contemplant de haut.  Mes recherches personnelles étaient centrées sur l'étude des pierres de différentes contrées. Il s'agissait de pouvoir les comparer et de voir pourquoi celles de la montagne Givrée sont-elles plus nombreuses. Et donc qu'est ce qui faisait leurs essences et la cause de leurs apparitions?

Les tharosiens sont des gens très fidèles à leurs rois et fiers de leurs puissances. A vrai dire, le chercheur doutait qu'un désaccord sur l'échange et le commerce de pierres d'énergie puisse s'établir entre les deux pays. Tharos avait besoin de ses pierres pour renforçer sa puissance militaire et afin de probablement pouvoir entrer en conflit avec Dexia. Et de plus cette dernière essayait de créer sa propre organisation de chercheurs, ce qui nuirait à l'Ordre. Durant la réunion, différents nobles de cette famille se rassemblèrent autour d'une jolie table en ivoire. Globalement, l'enthousiasme régnait dans la pièce.


"L'Ordre ne mettra pas, pour l'instant, en péril notre alliance comme il a toujours été. Cependant, de mon opinion, je pense qu'il serait aussi nécessaire que je vérifie que vos pierres sont conformes avec celles décrites dans l'accord." affirmais-je à un instant.


Le conseiller répondait alors:
"En effet, Tharos n'a aussi, pour le moment, rien à reprocher à l'Ordre. Nous envisagons juste que vous suivez tout aussi bien les termes de cet accord."


"J'aimerai aussi pouvoir contempler les pierres originelles venants de cette fabuleuse contrée et à votre gré, monseigneur."



Et c'est sur ces termes que la réunion se termina. Le conseiller me complimentait alors sur ma façon de négocier.  J'exprimais mon enthousiasme et lui expliqua le fond de mes recherches. Je cherchais un moyen pour savoir s'il était possible de quantifier les énergies de plusieurs pierres. Il approuva enthousiaste à mes questions.

Je me mis à regarder les autres conviés et me disais que souvent les couloirs ont des oreilles.Puis je me mis à regarder le soldat qui m'avait mené jusqu'ici. Le soldat ,nommé Silence, attendait dans son armure qui contrastait avec les habits pourpres et luxueux des nobles. D'une allure simpliste, je m'approchais de lui puis en faisant un salut militaire presque réussi, je lui dis:


"Salut soldat. Vous avez dû vous ennuyer autant que moi à surveiller une cour où l'on discute beaucoup. A vrai dire, vous n'êtes pas le seul. La diplomatie c'est pas vraiment pour moi. Mais si je dois passer par là pour découvrir le mystère des pierres, je fais comme vous. Je m'adosse contre le mur et j'écoute.Oh aussi, j'aurai aussi probablement besoin de vos services pour le voyage entre Tharros et Sofia. On ne sait pas quels dangers rôdent ici et là. Dîtes le moi si cela vous va et l'Ordre vous paiera."


Le soldat jetta un oeil au chercheur dont il devait assurer la sécurité.

Se tenant à carreau et avec la présence des gardes royaux, Silence esquissa un sourire au chercheur.


Alors que je terminais ma phrase, une jeune femme, à l'air noble, s'approcha de moi. Poliment, elle lançe la discussion. De mes un mètre soixante dix, j'examine l'allure de la demoiselle.  Elle a des yeux qui brillent d'une lueur bleutée et possédait des cheveux d'un blond magnifique. Sa robe teintée d'un rouge écarlate contrastait avec le blond de ses cheveux. A vrai dire,elle est jolie.
Souriant, je lui répond:
"Hermès Trimégiste, ravi de faire votre connaissance. Je suppose que vous avez du vous ennuyer à m'écouter discuter de sujets qui ne vous concernent pas. Pour tout vous dire ce château est magnifique. Je suis content d'être  passé par là." répliquais je en admirant les peintures murales. Puis après un moment, j'ajoutais:
"Je pense qu'on va bien s'entendre vous et moi. Cependant, j'aimerai aussi bien que vous me dîtes ce que vous en pensez de cette affaire? A vrai dire, il y certains points qui nécessitent éclaircissements. Pourquoi votre Roi voudrait rentrer en conflit avec Dexia?. Vous en pensez quoi de toute cette chimère diplomatique Mademoiselle?"


Madelyne
Madelyne
14
17/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Métier: Noble
Couleur:
NOBLESSE
Les couloirs ont des oreilles  EmptyMar 5 Mai - 6:39
Les couloirs ont des oreilles

La présence du soldat intriguait Madelyne. Le chercheur était-il venu sans gardes de Sofia ou le Conseiller avait-il eu la délicatesse de les faire relever par une défense plus locale ? Défense quelque peu excessive. Aurait-on peur pour la sécurité de l'envoyé en la demeure même des de Pylgrimm ? La jeune noble écarta cette interrogation avant de s'en trouver vexée. De nombreuses raisons pouvaient expliquer sa présence, de la plus innocente à la plus calculée. Malgré la séance en ses murs, la protection du chercheur n'était pas de son affaire.

« Hermès Trimégiste, répondit le chercheur, souriant, ravi de faire votre connaissance. Je suppose que vous avez du vous ennuyer à m'écouter discuter de sujets qui ne vous concernent pas. Pour tout vous dire ce château est magnifique. Je suis content d'être passé par là. Vos yeux reflètent les bonnes manières de vie dont votre royale famille a fièrement héritée. Je pense qu'on va bien s'entendre vous et moi. Cependant, j'aimerai aussi bien que vous me dîtes ce que vous en pensez de cette affaire? A vrai dire, il y certains points qui nécessitent éclaircissements. Pourquoi votre Roi voudrait rentrer en conflit avec Dexia?. Vous en pensez quoi de toute cette chimère diplomatique Mademoiselle? »

Je pense qu'on va bien s'entendre vous et moi. Si elle n'était pas rompue à la sévérité, les paroles auraient pu la faire sourire. À l'évidence, Hermès Trimégiste n'était pas un habitué des moeurs de la noblesse. Compliments maladroits, questions indiscrètes, sa jovialité pouvait lui apporter de grands ennuis. Madelyne ne relèverait pas sa première supposition : elle, s'ennuyer d'un sujet qui ne la concernait pas. D'autres avant lui et, malheureusement, d'autres après lui considéreraient qu'elle ne pouvait s'intéresser aux contenus d'une telle assemblée, même tenue et organisée par elle.
N'était-elle pas simplement la maîtresse de maison accompagnant son cher frère ? Malgré toute son éducation et son implication dans les affaires familiales, on la regarderait comme une jolie peinture murale. Elle écarta cette réflexion avant de s'en agacer.

Madelyne revint sur la demande d'Hermès. La questionner sur la politique du Roi Areng dans un cadre et de façon aussi informelle, cela frisait la provocation. Mais elle doutait que cette hardiesse, comme les précédentes, soit mûrement réfléchie ou cet homme jouait à merveille la naïveté. Ignorait-il vraiment tout de la situation avec Dexia, de l'histoire de leurs nations et de leurs tensions ? L'Ordre jouait-il la sourde oreille ? Les relations allaient en se dégradant depuis des années, remontant avant la naissance de Madelyne. Devait-elle encore se remémorer ce qui les séparaient ? Ces pensées lui rappelèrent son voyage prochain auprès des Seigneurs de Treharne. Cousins de sa mère, elle avait rencontré ces nobles de Dexia dans son enfance. En représentante de la lignée principale, elle irait entretenir les liens familiaux, seuls liens encore solides en cette période de conflit. Mais elle ne voulait pas se préoccuper de ces questions maintenant.

« Monsieur Trimégiste, répondit-elle d'une voix calme et polie à la suite de son discours, mon droit n'est pas de discuter des décisions de sa Majesté, encore moins de les juger. Je crains vous avoir retiré la personne apte à répondre à vos questions. Elle se tut un court instant. Cependant, je doute que le Seigneur Nihlart vous entretienne d'autre chose que des pierres aujourd'hui. »

Elle ne s'entretiendrait pas avec lui d'affaires qui, si elles ne la dépassaient pas, n'étaient ni de sa responsabilité ni de sa volonté. Jamais elle ne se risquerait à critiquer ouvertement la politique de son Roi. Si les grandes familles telles que les de Pylgrimm commençaient à s'insurger, Tharros ne serait plus qu'une ruine servie aux Dexiens et leurs nouveaux alliés.

Madelyne prêta attention aux bruits de pas et de discussions des convives. Maintenant tamisés, presque imperceptibles, tous se rendaient au salon pour la collation devant suivre cette longue réunion. L'ambiance serait moins officielle, plus propices aux échanges personnels. Elle ne devait tarder à y accompagner le chercheur, leur absence serait peu séante, malvenue. D'autres qu'elle souhaitaient s'entretenir avec un membre de l'Ordre. Si celui-ci parvenait à ne pas froisser leur tranquillité.

« Abandonnons ces soucis politiques qui ne nuisent ni à notre entente, ni à notre commerce. Reprit-elle après un court silence, dans une courtoisie froide. Souhaitez-vous rejoindre nos hôtes au salon ? »

La jeune noble considéra un instant le soldat. Elle ne l'avait pas considéré durant la réunion, il avait dû attendre Hermès pendant un long moment. Travail tranquille pour un soldat habitué à la dynamique de la capitale s'amusa-t-elle à penser. Madelyne se doutait qu'il n'avait pas dû garder sa droiture les heures durant. Cependant, elle n'appréciait que l'on demande à ces gardes un zèle inutile, surtout quand ce zèle remettait en question la sécurité de son foyer ou la confiance des personnes qu'il accueillait.

« Votre garde nous suivra-t-il, Monsieur Trimégiste, ou dois-je le faire conduire aux cuisines pour qu'il puisse s'y reposer avant votre départ ? » demanda-t-elle avec calme.

À ces mots, elle sonda d'un bref regard le couloir. Vide. Le personnel était pleinement occupé par la réception. Elle trouverait bien un serviteur en chemin ou serait obligée de conduire elle-même le soldat, à moins que le jeune envoyé de Sofia ne souhaite conserver près de lui une protection.

Silence
Silence
22
25/04/2020

Feuille de personnage
Âge: 27
Métier: Soldat
Couleur: Crimson
SOLDAT
Les couloirs ont des oreilles  EmptyMar 5 Mai - 8:01
Les couloirs ont des oreilles
feat Hermès & Madelyne

Y a pas à dire, le gamin n'avait pas froid aux yeux. Quitte à laisser ses propos être entendus par l'hôtesse elle-même, lui faire une suggestion qui frôlait la trahison en plein jour... C'était téméraire. Mais le soldat appréciait son ton informel : ça lui changeait des vieux bourgeois pompeux, n'ayant ni assez de prestige ni de richesses pour se permettre un meilleur protecteur qu'un type de la garnison citadine. Peut-être pouvait-il même espérer se reposer, un petite collation à la main haha !
Cela pouvait bien excuser son manque de protocole et sans doute les ennuis qu'il causerait pas la suite alors Silence s'était contenté de sourire, poliment. Ne jamais trop s'engager, on sait jamais. Aucune envie d'aller risquer sa peau hors de la ville...

Il manqua de s'étouffer.
Il s'était avancé trop vite, con qu'il était.

Le sir Trimégiste était au courant que les gardes n'étaient pas sourds...? Silence se retint fort de jeter un regard inquiet à ses collègues ; car si l'invité dont il avait la charge se lançait sur ce terrain, à tous les coups, le retour de flammes c'était lui qui se le prendrait. Toujours le pauvre gars innocent qui payait pour les grands hein. Ah damnation. Il se voyait déjà pendu haut et court...

Il déglutit à entendre le ton froid de la belle dame -c'était pas pour lui déplaire dans un autre contexte, mais ça ne faisait que renforcer ses craintes pour l'heure. Cependant, tel un ange tombé du ciel, elle ouvrit les portes de la rédemption, de la fuite, de la survivance, celles de la cuisine... Le cœur lourd, il prit les devants.

Ma dame, votre sollicitude honore votre réputation, fit-il avec un sourire. Cependant j'ai reçu l'ordre de ne jamais quitter sir Trimégiste en tout lieu et temps, aussi longtemps que durera son séjour.

Silence pria pour qu'elle ne s'offusquât pas de son refus ni de sa présence. Elle lui foutait les jetons, comme toutes les dames de haut rang hein -mais son capitaine avait son salaire en otage lui. Cela ne l'empêchait pas de se trouver foutrement intelligent quand il s'agissait de causer avec une femme -si la proposition était venue du conseiller de tantôt, il était certain que le discours n'aurait été le même.

Le garde regarda donc le chercheur, comme pour confirmer ses propos ou le forcer à être libéré.


***

RP EN COURS :
Hermès
Hermès
11
05/04/2020

Feuille de personnage
Âge:
Métier:
Couleur: #09508F
CHERCHEUR
Les couloirs ont des oreilles  EmptyDim 10 Mai - 14:58



Les couloirs ont des oreilles


Hermès évaluait la situation. La discussion avait à peine commencé que la demoiselle la terminait. C'est à dire que les nobles sont des gens plutôt drôles finalement. Cependant, il avait fait une petite erreur dans ses paroles. Il semblait avoir lu qu'on l'ait envoyé au chateau des Pylgrimm:

"D'accord Mademoiselle. Avant que je vous accompagne jusqu'à cette collation. Je tiens à vous remercier pour m'avoir accueilli chez vous."

Puis le chercheur se tourna vers son garde du corps, pour tout à vrai dire qui ne voulait pas se faire lyncher. De toute manière, c'est plutôt lui qui avait peur. Il n'avait qu'un seul garde pour le protéger et il le remercie déja pour être fidèle à son poste, sans quoi il serait probablement mort. Il serait ravi de le garder auprès de lui durant sa tournée à Tharros. Car à vrai dire, il craignait que des espions dexiens se soient infiltrés au château, sur ce désirants à lui passer le couteau sous la gorge, afin d'ainsi provoquer l'Ordre. Il n'était pas idiot. Il savait que son voyage n'était que périls. Il n'est qu'un chercheur pas très puissant et il se trouve probablement à seulement quelques mètres d'assassins très doués. Il suffisait qu'on le tue dans son sommeil et c'est fini. Et de plus, il croit tout de même que les tharosiens n'auraient pas laisser des espions dexiens s'insurgeaient, car ils ne gagneraient rien à provoquer l'Ordre. Mais l'Ordre l'avait quand même préparé à certaines situations. On lui avait confectionné quelques antidotes au cas où.Cependant, il n'avait pas peur de tout cela. Si la déesse Illios avait fait en sorte qu'il mourrait ici même, il s'exécuterait. Sa vie appartient à seulement Illios et tant que l'Ordre y est soumis, à celui-ci et il fera son mieux de servir la déesse dans sa quête. Ce n'est pas lui qui écrit le destin mais la lumière de sa création. Il s'adressa finalement à Madelyne:

"Oui, mademoiselle. Si cela ne vous offusque pas, je serai ravi que le garde m'accompagne et de rejoindre ainsi cette collation."
Après avoir conclu la discussion, Il traversa quelques couloirs plutôt biens enchevêtrés avant d'atteindre la salle de dégustation,un sacré labyrinthe. Hermès mémorisa précieusement les chemins qu'il parcourait. La pièce comme toutes les autres ,et comme je suppose dans tous les manoirs nobliaux, est stylistiquement décorée. Pour ainsi la décrire, une longue table tharosienne se dressait de tout son long avec quelques délisieuses dégustations posées ici et là. Un majordome attendait près de la porte.

Dès que tous les invités furent entrés, l'organisateur/trice de la collation prononça quelques paroles avant d'autoriser ses convives à s'installer et à commencer les "festivités". L'ambiance générale était plutôt festive. Les gens discutaient généralement des actualités à Tharros ou plaisantaient sur les mesures à prendre contre les dexiens, tandis que d'autres s'amusaient sur d'autres sujets. Lorsque ce fut le temps des dégustations, le chercheur s'entretint avec le conseiller:

"D'après la lettre que nous avions reçu, vos pierres devraient arriver das la semaine de votre arrivée."


"S'il n'y a pas eu d'escarmouches, les pierres devraient vous parvenir d'ici demain."
répondit le chercheur.

"Je suis ravi de l'entendre. Concernant vos recherches, vous en êtes ou?" demanda le conseiller en trempant nonchalemment la cerise piquée dans le liquide saupoudré du gobelet.

"Pour dire la vérité j'ai menti à la réunion, et je pense que vous le saviez, concernant mes recherches pour éviter toutes mauvaises oreilles aptes à m'entendre. Mais j'ai déja discuté avec vous, et je pense que vous n'êtes pas un mauvais bougre. A vrai dire, je compte monter dans la hiérarchie de l'ordre. Et pour cela, je compte mener une expédition.. " répliqua t'il.

Sans vouloir toucher aux aliments,le chercheur se mit à discuter pendant un temps sur cette dite expédition. Dans tous les cas, il préféra rester sur ces gardes au cas où on tenterait de l'empoisonnait.






Contenu sponsorisé
Les couloirs ont des oreilles  Empty

Laisse-nous un petit mot !
NOS PARTENAIRES
Les couloirs ont des oreilles  64ozdecay-100Les couloirs ont des oreilles  Hokv_b11 Les couloirs ont des oreilles  Part6Hell Dorado