L'esclave qui aime sa vie d'esclave a t'il une vie d'esclave ? B9rmV6G
-44%
Le deal à ne pas rater :
Clé USB 3.0 SanDisk Ultra 128 Go (vitesse de lecture jusqu’à ...
18.99 € 33.99 €
Voir le deal
-20%
Le deal à ne pas rater :
Platine vinyle HOUSE OF MARLEY SIMMER DOWN BLUETOOTH
199.99 € 249.99 €
Voir le deal

L'esclave qui aime sa vie d'esclave a t'il une vie d'esclave ?

Jiin
Jiin
20
31/01/2021

Feuille de personnage
Âge: 35 ans
Métier: Esclavagiste, maquerelle
Couleur: Black
ESCLAVAGISTE
L'esclave qui aime sa vie d'esclave a t'il une vie d'esclave ? EmptyMer 28 Avr - 13:59
Les doigts fins de la trafiquante jouent nerveusement avec le bois sombre de son éventail. Aujourd'hui, elle avait tenté son approche face aux plus réticents. Face à ceux qui voient son métier contre quelque chose de contre nature et qui l'interdisent. Comme s'il ne se rendaient pas compte de la valeur de l'être humain asservi, soit disant n'auraient-ils pas besoin de cela ici. Calomnies. Les lèvres pincées, elle écoute d'une oreille peu attentive l'homme qui a devancé les gardes face à sa petite délégation composée de quelques esclaves, deux prostitués et une poignée de gladiateurs. Et si les papiers signifiant leurs appartenance à la proodosienne sont en règle, ils peuvent rester. Mais pas être vendus. Elle se retient de ne pas s'agiter, les lèvres pincées face à l'ignorance de cet homme bien laid qui s'exprime d'une manière bien trop grossière à son goût. Ne sait il donc pas que sa fortune fait partie des plus conséquentes du grand Empire.

D'un claquement de langue assorti d'un regard sévère, elle finit par remuer son éventail fermé sous le nez du manant le coupant dans ses discours quand au respect de l'être humain, de son intégrité ou je ne sais quoi. La prenait-il pour une revendeuse de bas étage ? Une vulgaire trafiquante d'hommes sales. Il dépasse les bornes et la riche marchande est prête à montrer les crocs. Qui est-il ce petit péteux d'Alaysien, habillé de fourrure bien trop vieilles et crasseuses qui pourraient l'encrasser sans même avoir à le toucher. Ne se rendait il pas compte de tous les risques qu'elle prend pour les initier. Dans un alaysien très fluide mais avec un accent néanmoins fort, elle s'exprime.

"Écoutez moi bien, je ne sais pas qui vous êtes exactement au sein de cette cité. Mais laissez moi vous dire que vous êtes bien plus crasseux et laide que l'esclave le plus laid et le plus sale de tout mon stock. De plus vous avez la langue bien pendu pour un homme qui a la tête de ceux qui vont fourrer de la gourgandine à tire larigot pour chasser la solitude et trouver un peu de chaleur humaine. Faites moi plaisir et laissez moi passer, je ne suis pas un de vos petits trafiquants à la noix, ma marchandise est de qualité et reconnue dans les plus hautes sphères du grand Empire."

Voilà qui devrait clouer le bec de cet individu à l'apparence outrancière. Il devrait s'estimer heureux qu'elle daigne seulement poser les yeux sur lui et l'approcher d'aussi prêt. Il devrait s'estimer heureux que l'impératrice ai décidé de les épargner pour le moment et qu'elle ne soit concentrée que sur l'aspect commercial de leur entente. Ils feront bien moins les fiers quand elle viendra installer ici, au milieu de cette capitale barbare son quartier d'affaire et qu'ils devraient venir ramper à ses pieds pour trouver un travail qui rapporte. Un soupir s'échappe de son nez délicat alors que le bois de son ustensile vient se poser contre son propre menton alors qu'elle le toise, l'air aussi mauvais qu'agacé.

@Aiolia

Aiolia
Aiolia
22
23/02/2021

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Cuisinier
Couleur: 33ccff
CUISINIER
L'esclave qui aime sa vie d'esclave a t'il une vie d'esclave ? EmptyVen 30 Avr - 13:49
Le soleil brillait, une brise légère courait le long des routes, et Aiolia s’ennuyait à mourir. Les opportunités n’avaient pas été plus nombreuses hors des murs de Sentoni que dans son enceinte, aussi avait-elle décidé d’y retourner, ne serait-ce que pour planifier son prochain itinéraire dans le confort d’une auberge. La caresse du vent sur son visage lui rappelait la navigation par beau temps, et même le bruissement des feuilles se confondait dans ses oreilles avec celui des voiles, ce qui ajoutait à sa déception des relents nostalgiques dont elle n’était toujours pas parvenue à se défaire.

En s’approchant de la ville, Aiolia aperçut un groupe de voyageurs qui se tenaient devant la porte, dont la meneuse discutait avec les gardes, semblant négocier le droit d’entrer dans la cité. La discussion était animée, et le garde visiblement peu réceptif aux demandes de la voyageuse. Aiolia grimaça, tout en restant quelques pas en retrait.

Elle n’avait jamais apprécié de devoir montrer patte blanche à ces molosses à chacune de ses allées et venues. C’était un des inconvénients majeurs à vouloir transiter par les grandes villes. Aiolia songea que si elle avait été à la place des voyageurs, elle aurait rapidement cédé la parole au fer, histoire de vérifier si les gardes méritaient leur position de force. Certes, il pouvait être contraignant de se mettre à dos les autorités de Sentoni, mais d’un autre côté, elle avait déjà prévu de mettre un terme à son séjour ici.

Aiolia caressa distraitement le pommeau de son sabre en ressassant cette dernière pensée. Elle resta néanmoins à distance, attendant de voir comment la situation évoluait. Mais si la situation s’envenimait, elle ne se rangerait certainement pas du côté des gardes. Et elle ne pouvait tout de même pas laisser passer une occasion de venir en aide à de braves gens dans le besoin.
Jiin
Jiin
20
31/01/2021

Feuille de personnage
Âge: 35 ans
Métier: Esclavagiste, maquerelle
Couleur: Black
ESCLAVAGISTE
L'esclave qui aime sa vie d'esclave a t'il une vie d'esclave ? EmptyDim 16 Mai - 11:44
Alors que l'homme semble rougir de colère un sourire satisfait se dessine sur les lèvres de la marchande. Un sourire qu'elle vient de nouveau couvrir de son éventail alors que celui porte sa main à son arme, lui sommant une nouvelle fois de quitter les terres. Rabâchant encore ces maudites lois contre l'esclavagisme. Ces gens étaient donc aussi sauvage qu'on le lui avait raconté et la dame voit son sourire se changer en une grimace de dégoût.

"Parce que toi, crasseux, tu penses valoir plus que ma marchandise ? Même nos paysans ne voudraient pas de vous pour travailler dans leurs champs. De plus ce n'est pas comme si je souhaitait vendre, simplement exposer ma marchandise ici. Peut-être cela éveillera vos esprit endormis par la fraîcheur de la montagne. Du balai. Je suis en règle."

En règle certes mais maintenant que les gardes étaient bien remontés, ils ne comptaient guère en rester là. Et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, les lames étaient hors de leurs fourreaux. Si elle tremble face à ce genre de situation, elle n'en montre rien et continue de faire face avec toute l'éminence qu'elle peut déployer face à de tels péquenauds. La mine contrariée, ses traits se tirent.

"C'est un incident diplomatique que vous cherchez ? Je suis l'une des plus grande puissance marchande de l'Empire et vous pensez que vos actions resterons sans conséquences ?"

Assourdis par leur colère et blessé dans leur ego, les gardes ne firent plus vraiment attention et les lames des gardes Proodosiens furent elle aussi tirées alors qu'ils se positionnaient entre la marchande et les belligérants. Plus en avant dans la provocation, elle hèle en direction des murs.

"Existe t'il quelqu'un de compétent entre ces murs ?!"
Aiolia
Aiolia
22
23/02/2021

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Métier: Cuisinier
Couleur: 33ccff
CUISINIER
L'esclave qui aime sa vie d'esclave a t'il une vie d'esclave ? EmptyMer 9 Juin - 16:55
Comme attendu, les gardes tirèrent finalement leurs épées et les dressèrent contre les voyageurs. Aiolia était scandalisée, révoltée, et profondément ravie d’un tel dénouement. Elle dégaina son propre sabre, presque rouillé de n’avoir servi que d’épluche-légumes depuis bien trop longtemps, le leva par-dessus son épaule, et traversa en bondissant les quelques mètres qui la séparaient du garde le plus proche pour lui écraser le pommeau de son arme en plein dans la face. Aiolia écouta avec satisfaction le craquement provenant du nez du malheureux et tourna la lame de son sabre en direction de ses collègues.

- On vous entend moins faire les malins quand vous vous étouffez dans votre sang et vos glaires, pas vrai ? Vous, vos uniformes de péteux et votre ville de coincés vous commencez à me gaver sérieusement ! Maintenant barrez-vous, et le premier que j’entends, j’en fais du jambon !

Aiolia avait crié très fort, mais ça faisait du bien. Pendant qu’elle reprenait son souffle, l’un des gardes sortit de sa stupeur avant les autres et la chargea en hurlant. Hélas pour lui, Aiolia s’était habitue à croiser le fer avec de plus fins bretteurs, et elle n’eut besoin que de deux gestes, un de l’avant-bras pour parer son attaque, un autre du poignet pour faire tomber son épée au sol avec un cliquetis pathétique. Après quoi elle pivota pour lui asséner un violent coup de pied en plein ventre. Pour la première fois depuis des mois, Aiolia se livrait à des actions on ne peut plus criminelles, mais elle ne s’inquiétait aucunement des conséquences. Cette vie lui avait manqué.
Jiin
Jiin
20
31/01/2021

Feuille de personnage
Âge: 35 ans
Métier: Esclavagiste, maquerelle
Couleur: Black
ESCLAVAGISTE
L'esclave qui aime sa vie d'esclave a t'il une vie d'esclave ? EmptyLun 21 Juin - 16:11
Réaction attendue de la part de tel sauvages, les épées ne tardèrent guère à s'entrechoquer alors que la marchande passait elle sous une garde rapprochée qui l'éloignait quelque peu du lieu de l'escarmouche alors qu'elle continuait avec ferveur de se plaindre de la qualité de ceux qui auraient dû être à ses yeux des hôtes aimables et diligents.

"C'est une honte, jamais on a accueilli quelqu'un de la sorte au sein du grand Empire. Vous êtes une honte pour votre nation ! Une honte pour ces murs, une honte pour vos vaches ! Oser ainsi s'en prendre à une pauvre femme sans défense qui vient, qui plus est, en paix sur vos terres ! Votre réputations de sauvages n'est guère usurpée. Pas plus que l'odeur."

Ça ne sert pas à grand chose mais cela soulage tout de même quelque peu d'ainsi déverser son désarroi. Soudain une silhouette nouvelle se rapproche pour se jeter dans la mêlée et s'en prendre aux outrecuidants qui ont eu l'audace d'ainsi lui interdire l'entrée de la ville. D'un hochement de tête teinté d'élégance, l'esclavagiste hèle avec distinction cette nouvelle venue.

"Jolie dame d'Alasya, si comme vous le dîtes si bien vous en faite du jambon, je saurais vous récompenser comme il se doit !"

Jambon ou saucisse peu lui importait à vrai dire tant qu'elle était tirée de ce mauvais pas. Elle qui marchait sur un chemin pavé de bonnes intentions, on lui fermait les portes au nez comme si elle était une malpropre. Quelle ironie quand on sait qu'ici son argent seul suffirait sûrement à faire d'elle une reine. Du moins c'est ce qu'elle pensait très sincèrement. Le bord de son éventail délicatement posé contre le bout de son nez, elle observe le combat se déroulant sous ses yeux sans trop rien comprendre esquissant un rire léger lorsque la dame désarme l'un de ses adversaire avec une habileté certaine. Décidément, l'or accomplit des merveilles lorsqu'il est proposé ainsi aux hommes.
Contenu sponsorisé
L'esclave qui aime sa vie d'esclave a t'il une vie d'esclave ? Empty