[Flashback] Do you remember...? B9rmV6G
Le deal à ne pas rater :
Codes promo Asos Les French Days : jusqu’à 50€ de remise
Voir le deal

[Flashback] Do you remember...?

Cadmus
Cadmus
140
01/02/2020

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Métier: Capitaine de la garde royale
Couleur: #3A447C
GARDE ROYAL
[Flashback] Do you remember...? EmptyMar 14 Avr - 21:00

   

Do you remember?

Feat Etzios

Il était tôt dans la matinée, les entraînements venaient de débuter pour les jeunes élèves de l'académie militaire de Tharros. Un entraînement auquel Cadmus ne pouvait prendre part, le bras en écharpe, assis sur l'un des banc en bois qui longeaient la cour. Il avait pourtant insisté, refus catégorique du professeur. L'os était peut-être ressoudé, mais une journée de repos ne suffirait pas. La blessure était toujours fragile et le radius se fracturait encore au moindre choc d'après les médecins. Conneries. Cadmus ne constatait qu'une chose, il n'avait pas mal, et c'était suffisant.

Il se releva pour ramasser une pierre de son bras valide, l'observant sans rien dire, rageant intérieurement. La pierre était d'un blanc sali, du calcaire, comme tout ce qui constituait le sol de la cour en réalité. Un sol que son regard vint balayer avant d'arriver aux recrues en plein entraînement, il connaissait la plupart de ses camarades de classes. Du moins, assez pour remarquer l'absence de certain d'entre eux au bataillon. La bande d'Eileen était absente, ainsi que leur leader. La jeune fille avait à sa botte quatre ou cinq mioches de son age et de tout sexe.

Comme la famille Varunar, la famille d'Eileen Panope jouissait de se propre réputation et influence. Là où Cadmus rejetait violemment tout rapport avec sa famille et son père, Eileen ne manquait pas de mettre dans le nez de tous son appartenance à cette glorieuse famille des cotes tharosiennes. C'était ainsi qu'à l'inverse du blond solitaire, la jeune fille régnait d'une main de maître sur son propre gang. Certains professeurs allaient même jusqu'à fermer les yeux sur le comportement de ce groupe si influent. Se mettre à dos la famille Panope n'était jamais de bonne augure. D'ailleurs, son bras cassé, Cadmus le devait à un des gorilles d'Eileen.

Il faut dire qu'ils se méprisaient mutuellement. Comble du mépris, elle ne s'était même pas donné la peine de prendre part au combat, elle avait juste observé la scène et s'était éclipsée quand le corps enseignant c'était enfin décidé à agir. Aucun honneur.

Dans ses pensées, il constata également, sans grande surprise cette fois, qu'un autre individu manquait à l'appel. Etzios de Latsis. Bah, celui-là, on ne pourrait rien en tirer de toute façon avec son corps frêle et son regard vide. Puis cette attitude complètement passive avait le don d'en faire rager plus d'un. Certains prenaient cela pour un affront et il n'était pas rare de voir le garçon coincé dans un coin par une bande d'abrutis en train de l'intimider. Cadmus n'était pas de ceux-là, mais il ne pouvait s'empêcher d'être irrité par ce comportement indifférent. Pas qu'il perçoive ça comme une forme d'effronterie mais plutôt comme une forme de faiblesse. Oui, c'était définitif. De Latsis n'arriverait jamais à rien. Pas avec cette attitude en tout cas.

Cherchant ce dernier des yeux, il ne manqua pas de trouver la bande à Eileen en même temps que lui. De Latsis était perché dans son arbre habituel tandis que la bande était au pied de ce même arbre, racontant des choses que Cadmus ne pouvait entendre mais qui n'avaient rien d'amicale à en juger par les ricanements qui suivaient. Et leur « proie », elle, ne faisait rien. Il avait la tête dans son carnet, gribouillant comme à l'accoutumée. Cadmus grinça des dents.

Fais quelque chose, tête de con...


Ce ne fut que lorsqu'un des garçons du groupe, le plus grand, saisit Etzios par le pied pour le faire basculer par terre et se saisir de son carnet au passage que Cadmus se leva brusquement. Sans comprendre pourquoi, il trouvait que les actions du groupe avaient quelque chose d'inadmissible. Attaquer à plusieurs reprises, avec cruauté, quelqu'un qui ne luttait même pas en réponse.

Répugnant...


La pierre que le blond tenait dans la main fut lancée avec force au visage du détenteur du carnet, laissant une gerbe de sang au passage. C'était fini. Cadmus en avait assez avec leur petit manège puéril, et tout allait s'arrêter ici et maintenant. A son goût, le pronostique était plutôt bon. Ils étaient habituellement cinq dans la bande mais il avait envoyé le plus fort d'entre eux à l'infirmerie pour un bon moment. Il n'en restait plus que quatre et mis à part celui à qui il venait de refaire le portrait à distance, ils n'avaient aucune capacités exceptionnelles au combat. Et puis évidemment, Eileen resterait à l'écart. Ce qui ne faisait que trois combattants. C'était jouable.

« Alors, Panope, encore en train de foutre le bordel avec ta petite troupe de putes ? »
Lança Cadmus en s'approchant rapidement. Le gang s'était immobilisé lorsque la pierre avait atteinte le visage d'un de leur membre, tout les regards étaient braqués sur Cadmus. Certains outrés, d'autres apeurés et celui d'Eileen, figé d'incrédulité.

« Qu'est-ce que ça peut te foutre, Varunar ? » Répliqua-t-elle froidement d'un ton qui trahissait pourtant sa perplexité. Personne ne se donnait la peine de défendre Etzios de Latsis d'accoutumée. Pourquoi cette fois-ci était-elle différente ?

« Je m'occupe de ce qui me chante, Eileen. Fout-lui là paix. » Voix calme mais ferme. C'était la voix de Valar qui trahissait l'approche de ses colères froides. Cadmus regardait Eileen et uniquement elle. Les autres avaient choisi de lui prêter loyauté, leur avis n'avait aucune importance. « Ce sera sans Posco, il en a pour quelque semaines » Il défit ses bandages, leva son bras invalide et adressa un sourire plein d'ironie à la jeune fille. « On va voir si vous arrivez à avoir plus que mon bras cette fois... ».

La journée commençait définitivement très bien...

***

[Flashback] Do you remember...? 5uoy
Etzios
Etzios
195
18/01/2020

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #3E9793
MERCENAIRE
[Flashback] Do you remember...? EmptyMer 15 Avr - 1:26
Do you remember?

Une brise fraîche caresse ton visage; fait danser les feuilles dans les branches. Kaara. Le futur. Perché à cet arbre qui te servait de refuge depuis maintenant quelques semaines, tu jettes un coup d’oeil en direction de la séance d'entraînement. Ton avenir était là, dans cette cour. Brandir une épée de bois dans l’espoir que cela servirait à gagner une possible guerre. Tu savais manier cette arme. À quoi bon s'entraîner avec autant d’acharnement? Tu n’avais choisi cette voie; ton père en avait décidé ainsi depuis le tout premier jour. Tu ne pouvais t’y opposer. Et puis, pour quoi faire? L’armée était le seul cheminement possible qui s’offrait à toi. D’un autre côté, tu n’avais réellement cherché des intérêts autres. Perte de temps. Peu importe ton avis sur la question, tes pieds auraient foulés cette cour.

- Hey, l'écureuil vert, descend!

Tu as quinze ans. Contrairement à la plupart de tes camarades, tu ne cherches à t’imposer dans la hiérarchie naissante. Si certains te considèrent tout en bas de l’échelle, tu préfères tout simplement croire que tu n’en fais pas partie. Proie facile? Peut-être. Après tout, tu avais l’habitude de t’isoler de tes camarades. Ce fut toujours ainsi. Or, ils n’avaient rien à gagner à te cracher insultes ici et là. Cinq contre un. Tu avais du mal à comprendre cette fierté à vaincre un seul individu à plusieurs. Ce n’était la première fois. N’avaient-ils pas réalisé que ces enfantillages n’étaient que des efforts perdus? Pas encore semblerait-il.

- T’es sourd ou quoi? Tu te crois intouchable car tu joues au petit singe?


Indifférent. Tu les ignores complètement. Muet. Répondre quoi que ce soit n’y changerait rien. Coup de crayon. Toute ton attention se porte sur ton ébauche. Un oiseau. Tu avais eu la chance d'apercevoir l’une de ces petites créatures se poser tout près de toi. Rouge et noir, son plumage particulier avait su absorber ta curiosité. Tu tentais au mieux de dresser son portrait. Concentré. La mine de ton crayon se pose au niveau de la crête afin de la détailler. Tu ne vis les mains aux malicieuses intentions s’approcher de ton pied. Chute libre. Tu n’as le temps de t’accrocher à l’une des branches. Bref instant. Tu te retrouves à quatre pattes au sol, les genoux et les paumes écorchés par le gravier.

- Alors l’écureuil? C’est comment être au sol? On fait moins le malin, hein?

Ton carnet entre les mains, l’une des brutes profite de ta position pour t’asséner un violent coup de pied dans les côtes. Souffle court. Ton front rencontre le sol. Tu refuses la douleur; pas devant cette bande de crapules. Tu ne comptes leur donner ce qu’ils veulent. Les pages se tournent. Intimité dévoilée. Il était trop tard pour sauver ce carnet.

- On se prend pour un artiste à ce que je vois. Tu penses vraim-urgh!

Ton cahier épouse la poussière du calcaire, accompagné d’une giclée de sang. Un caillou. D’où venait-il? Tu lèves les yeux. Évidemment. À quoi t’attendais-tu? Ou plutôt à “qui”... Ce borgne; ton partenaire de chambre. Un bagarreur, tout comme tes persécuteurs. Un trait de famille paraît-il. Du moins, c’est ce que tu avais brièvement entendu dans les couloirs. Son bras blessé était d’ailleurs le résultat d’une bagarre avec le petit groupe. Tu ne connaissais ses intentions, mais son intervention n’était point le bienvenue. Dégénération. Tu ne souhaitais te retrouver mêler à ses affaires et encore moins lui devoir quoi que ce soit.

- Alors, Panope, encore en train de foutre le bordel avec ta petite troupe de putes ?


Tu profites de l’attention sur le blond pour te relever et reprendre ton cahier. Tu n’avais pu le protéger, mais tu pouvais toujours être celui à t’en débarrasser. Déception. Tu feuillettes rapidement ses pages; tes dessins, tes notes. Il te faudra mieux protéger le prochain. Tu ne donnes importance à leur échange. Aucunement besoin. Tu connais parfaitement la tournure que prend ces vulgaires chamailleries. Poudre d’escampette. Tu ne comptes rester pour les règlements de compte entre eux. Sur le point de partir, l’un des subalternes de Panope t’agrippe solidement par les cheveux. Légère grimace. Trop beau pour être vrai. Illusion. Tu aurais préféré que ce soit aussi facile.

- Tu penses aller où toi!? Je suis curieux de savoir comment t’es devenu le p’tit protégé  de Varunar. Quoique, maintenant que j’y pense, c’est vrai que vous partagez la même chambre.

Tu ne voyais où il voulait en venir, mais tu étais tout aussi curieux de connaître les raisons qui avaient poussées le blond à venir te défendre. Dans tous les cas, son arrivée te causait que des ennuis supplémentaires.


***

I wanna be heard
but leave no trace
I wanna be seen
but take no space
I wanna be
I wanna be
Leave no trace
I wanna be
I wanna be
Take no space
Cadmus
Cadmus
140
01/02/2020

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Métier: Capitaine de la garde royale
Couleur: #3A447C
GARDE ROYAL
[Flashback] Do you remember...? EmptyMer 15 Avr - 6:08

 

Do you remember?

Feat Etzios

Il aurait du être plus rapide pour s'enfuir. Oui, cet abruti n'était même pas doué pour battre en retraite. Voilà que l'autre abruti avec la gueule en sang et le nez écrasé le saisit par les cheveux. Muet, Cadmus observe la scène. La colère redouble en lui, mais cette fois il sait pourquoi. Cette scène, il l'a vu des centaines de fois. Il a arrêté de compter en réalité. Valar n'avait jamais été renommé pour son respect des esclaves et des domestiques. Et lui avait regardé la plupart du temps sans rien dire, rien faire. Peut-être qu'il fallait faire de même cette fois, il n'était pas trop tard pour...

« Tu penses aller où toi!? Je suis curieux de savoir comment t’es devenu le p’tit protégé  de Varunar. Quoique, maintenant que j’y pense, c’est vrai que vous partagez la même chambre. »


Brusque claque dans la figure. Enyo. Oui, cette scène, cela lui rappelait Enyo. Ou plutôt la triste fin que la pauvre esclave avait rencontrée par sa faute. Même violence, même propos graveleux. Qu'allait-il se passer par la suite ? Non. Il n'y aurait pas de suite. Cette fois il ne resterait pas à rien faire, il n'était plus un lâche. Après un soupir lourd, Cadmus releva donc la tête, figure blasée, presque provocatrice dans sa nonchalance.

« Et alors ? Ça te regarde ? Tu sautes Eileen dans les écuries peut-être ? Non, laisse tomber, personne ne voudrait de toi, encore moins maintenant... » C'est tout ce qu'il fallait au molosse pour lâcher sa proie au sol et foncer sur le blond. Sourire aux lèvres, ce dernier lui décoche un poing en pleine face avant même qu'il le touche. Valar lui a suffisamment enseigné que cette technique de charge puérile n'était pas viable, il lui a aussi apprit comment contrer. Il en vient à espérer avoir frappé assez fort pour lui faire perdre un œil. On verra qui est le cyclope maintenant.  

« Fout le camp, maintenant ! » Hurle-t-il presque à l'attention de l'autre abruti de De Latsis.

Sans attendre de réponse, il s'approche à grande vitesse du reste de la petite troupe. Sur les trois restants, deux prennent leurs jambes à leurs coups. Seul Eileen reste. Ironique.

« Mon père en entendra parler, Varunar. » Dit-elle calmement, comme si ça allait la protéger de quoique ce soit.

« Le mien aussi. » Réplique Cadmus avec un sourire en coin.

Sans plus attendre, il lui décoche un poing dans le ventre. Mauvais bras cependant, les os protestent de cet effort dans un craquement sinistre. Petite pointe de douleur qui n'arrache même pas une grimace au blond. Tandis qu'Eileen recule de quelques pas en suffoquant, il enchaîne.

« C'est plus facile de frapper quand ça réplique pas hein. Ça a jamais été ton truc, l'honneur. » Il ne s'arrête pas, même si il entend les professeurs courir au secoure de Panope derrière lui. « Tu comprends pas que tu fais chier tout le monde avec ton petit jeu à la con ? Grandis un peu, Panope. »

Les pas se rapprochent. Les professeurs ont vraiment l'air furieux. Il ricane, habitué, puis se tourne vers Etzios.

« Et toi, t'aurais vraiment dû foutre le camps... »

***

[Flashback] Do you remember...? 5uoy
Etzios
Etzios
195
18/01/2020

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #3E9793
MERCENAIRE
[Flashback] Do you remember...? EmptyDim 26 Avr - 1:56
Do you remember?
Ferme. La poigne dans ta chevelure est douloureuse; désagréable. Il serre de plus en plus. À croire qu’il souhaite te défaire de ton cuir chevelu. La présence du blond énerve le groupe. Malgré toi, tu te retrouves au milieu de ce tas de brutes. Tu n’as rien demandé. Tu n’as rien fait qui pouvait te mériter un tel châtiment. Ce monde était ainsi fait. Injuste. Cruel. Irrespectueux. Une vulgaire rivalité hiérarchique. Pays où seule la position compte. Quel héritier entre ces deux-là se mériterait la première place? Tu t’en fiches éperdument. Contrairement aux larbins de Panope, tu n’avais choisi de suivre Varunar. Neutre observateur. Tu ne veux être mêler à tout cela. Ce n’est dans ta nature. Simple ovis. Tu suis le chemin qui te semble le plus simple; le plus adapté. Sans plus. Mouton noir. Vilain petit canard. Tu es celui en retrait; celui qui obéit sans obéir. À l’opposition de ton père, tu ne comptes te dédier corps et âme à cette armée sans valeur. Échec. Tu n’es que déception; tu le seras toujours.

- Et alors ? Ça te regarde ? Tu sautes Eileen dans les écuries peut-être ? Non, laisse tomber, personne ne voudrait de toi, encore moins maintenant…

Provocation. Libération. Dans la poussière de la cour, tu tombes à nouveau sur tes genoux. L’une de tes mains se porte d’elle-même sur ton crâne; là où il y avait emprise. Du bout des doigts, tu masses délicatement la racine de tes cheveux. Déplumé. Ton regard se pose au sol. L’une de tes mèches s’y trouve. Soupir. Exaspération.

- Fout le camp, maintenant !

Ordre. Comment osait-il te commander quoi que soit? Se prenait-il pour ton sauveur? Balivernes. Peu importe ses nobles intentions; peu importe ton avis sur la question, tu seras désormais aux yeux de tous le protégé de ce crétin de Cadmus Varunar. Source d’ennuis; de problèmes. Ce dernier ayant fait fuir les autres, il t’est inutile de courir à présent. Dos contre l’écorce, tu prends plutôt place aux pieds de l’arbre. Inspiration. Expiration. Tu serres ton abdomen. Chute d’adrénaline. La douleur est plus forte que tu ne l’aurais cru.

- Et toi, t'aurais vraiment dû foutre le camps…

Chamailleries terminées. Tu fixes le blond, air accusateur. Il ne t’est nécessaire de lui répondre. Plus important. Tu regardes les professeurs s’approcher de vous, furieux. Protocole. Tu te forces à te lever afin de poliement les saluer. Silence. Tu ne cherches à trouver un excuse.

- Encore à chercher la bagarre, Varunar? Tu n’es même pas encore rétabli de la dernière que tu cherches de nouveau les embrouilles? Et toi De Latsis? Déjà que tu manques les entraînements, tu décides maintenant de suivre son exemple?


Coup d’oeil en direction du borgne. Innocent. Tu n’avais rien à expliquer du tout… inversement à ton camarade ci-présent.


***

I wanna be heard
but leave no trace
I wanna be seen
but take no space
I wanna be
I wanna be
Leave no trace
I wanna be
I wanna be
Take no space
Cadmus
Cadmus
140
01/02/2020

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Métier: Capitaine de la garde royale
Couleur: #3A447C
GARDE ROYAL
[Flashback] Do you remember...? EmptyDim 26 Avr - 12:26

 

Do you remember?

Feat Etzios

Un regard acusateur qui ne manque pas de faire rire Cadmus. Oh, il ne s'attendait pas à des remerciement, ça non. De Latsis est un grand garçon qui, même quand il se fait frapper au sol par une bande de cinq, sait se débrouiller tout seul comme un grand. D'ailleurs, à bien y réfléchir, il aurait du le laisser, mais bon, Panope et ses manières d'esclavagistes n'ont pas aidés à calmer les nerfs du blond. Et Ilios sait comme il peut être versatile quand on touche à ses points sensibles.

« Tu fais pitié... » Lui lance-t-il avant de se faire violemment saisir à l'épaule par l'un des professeurs.

« Encore à chercher la bagarre, Varunar? Tu n’es même pas encore rétabli de la dernière que tu cherches de nouveau les embrouilles? »

Blablablah, encore le même refrain. Ben oui, il s'est bagarré et alors ? Ils n'avaient qu'à le laisser participer aux entraînements, là au moins il aurait pu ignorer cette garce d'Eileen. Mais non, un petit bobo au bras et c'est toute une catastrophe. Tu parles. Oui, il s'est battu et il en est fier. Ce qu'il démontre par un regard froid et arrogant.

« Et toi De Latsis? Déjà que tu manques les entraînements, tu décides maintenant de suivre son exemple? »

Un regard qui disparaît aussi vite qu'il est venu. Cadmus s'éclaircit la gorge, essayant de ramener l'attention des professeurs vers lui.

« Et bien, si je puis me permettre, il n'a rien fait. Il aurait peut-être pu assister aux entraînements si Panope ne l'avait pas coincé avec sa bande. » Ce qui, techniquement, n'était pas complètement faux si on choisissait d'oublier le fait que monsieur Etzios de Latsis n'avait aucunement l'intention de participer aux entraînements. Il lance ensuite un regard assassin vers la Eileen que deux élèves sont venus relever « D'ailleurs, Panope, je pensais qu'on allait parler un peu d'elle... »

Pas le temps d'expliquer d'avantage son point de vue sur la jeune fille qui se prend un revers de mains dans la face. Grognement. Pourquoi ça se termine toujours comme ça quand il veut parler des méfaits d'Eileen ?

« C'est à toi que je parle, Varunar, la Bénédiction est à peine commencée que tu as déjà provoqué une dizaine de jouxtes. Tu veux te faire renvoyer de l'académie peut-être ? »

Se faire renvoyer, retourner auprès de son géniteur. Subir à nouveau les privations, les coups, les humiliations, la souffrance de voir les autres souffrir dans toute son impuissance. Il détourne le regard, Etzios dans son champ de vision et un instant, un instant seulement, son œil trahit une terreur sans nom. Puis son regard reviens vers son professeurs, se plante dans le sien. Stoïque.

« Non. » Répond-t-il sèchement.

Le tuteur soupire avant de répondre d'un air sévère, échangeant à la fois un regard à Cadmus et à De Latsis.

« Et bien il va falloir prendre des mesures sévères. Pour vous deux. »

« Mais... » Tente d'interférer le blond.

« De Latsis n'en est pas à son premier coup d'essai concernant son absentéisme. N'est-ce pas, jeune homme ? » Le regard perçant du professeur se pose sur son camarade. Cadmus ne peut s'empêcher de faire de même, mais d'un regard plus neutre, cherchant une réaction chez son camarade. Au moins une once.

Alors ça, mon pote, je peux rien faire pour toi...

***

[Flashback] Do you remember...? 5uoy
Etzios
Etzios
195
18/01/2020

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #3E9793
MERCENAIRE
[Flashback] Do you remember...? EmptyDim 26 Avr - 22:07
Do you remember?
- Tu fais pitié…

Hypocrisie. Tu ne perds ton temps à écouter ses pathétiques insultes. Tous les mêmes. Il prouve simplement qu’il ne vaut pas mieux que la jeune femme. Quoi qu’il dise, tu n'accordes la moindre importance à ses propos. Un de plus; un de moins. Tu as l’habitude d’accueillir de tels qualitatifs. Rien de nouveau à ton quotidien. Rivalité. À ses yeux, tu n’es qu’une excuse parmi tant d’autres; une raison de plus pour se bagarrer avec la petite bande. Ne pouvaient-ils pas régler leurs comptes sans impliquer ceux qui se foutent de leurs chamailleries?

- Et bien, si je puis me permettre, il n'a rien fait. Il aurait peut-être pu assister aux entraînements si Panope ne l'avait pas coincé avec sa bande... D'ailleurs, Panope, je pensais qu'on allait parler un peu d'elle…

Phrase incomplète. Ton camarade se prend aussitôt une gifle de la part du professeur.  Droite posture. Sans dévier le regard, tu ne bronches d’un cil. Malgré ton air impassible, tu éprouves une certaine satisfaction. Tu ne peux mentir à toi-même; tu crois sincèrement que la claque était méritée. Arrogance. Constante recherche de dominance. Tu as du mal à accorder ta sympathie à ceux de ce caractère.

- C'est à toi que je parle, Varunar, la Bénédiction est à peine commencée que tu as déjà provoqué une dizaine de jouxtes. Tu veux te faire renvoyer de l'académie peut-être ?

L’adolescent t’observe. Tu ignores. Tu n’as rien à voir avec les soucis existants du blond. Par la faute de son intervention, le professeur doute déjà de ton implication dans cette histoire. Partenaires de chambre, il est facile d’en conclure qu’une complicité est née entre vous. Lointaine réalité. Vous ne vous étiez pratiquement jamais adressé la parole.

- Et bien il va falloir prendre des mesures sévères. Pour vous deux.


Tandis que le borgne s’y oppose ouvertement, tu fronces légèrement les sourcils.

- De Latsis n'en est pas à son premier coup d'essai concernant son absentéisme. N'est-ce pas, jeune homme ?

- Je n’ai aucune excuse, monsieur. J’accepte votre châtiment.

Réponse solennelle. Digne d’un parfait petit soldat. Pour cela, ton père t’avait très bien dressé. Honnêteté. Tu ne peux nier tes nombreuses absences. Or, encore une fois, tu ne peux t’empêcher de croire que les tuteurs n’en auraient fait quoi que ce soit sans l’apparition de cette dispute anodine. Impossibilité de revenir en arrière. Autant consentir aux conséquences. Si cela se trouve, ce ne sera qu’une simple tâche ménagère.

- Excellent. Donc, à partir de maintenant, vous serez sous la tutelle de la commandante Paven. Il n’y a pas meilleur qu’elle lorsqu’il s’agit d’infliger la discipline aux plus insubordonnés. Je vous préviens; C’est votre dernière chance de vous tailler une place dans cette armée. Si on ne peut rien tirer de vous, vous êtes inutiles à notre nation.



***

I wanna be heard
but leave no trace
I wanna be seen
but take no space
I wanna be
I wanna be
Leave no trace
I wanna be
I wanna be
Take no space
Cadmus
Cadmus
140
01/02/2020

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Métier: Capitaine de la garde royale
Couleur: #3A447C
GARDE ROYAL
[Flashback] Do you remember...? EmptyMar 28 Avr - 19:15

Do you remember?

Feat Etzios

Cadmus était...Plutôt sceptique. Il ne savait pas quoi penser, était-ce une bonne chose de se voir réserver un instructeur ? Il jeta un coup d'oeil nerveur vers De Latsis, toujours perché dans son arbre, il aurait voulu lui poser des questions, s'adresser à lui comme on s'adresserait à un ami mais il fallait se rendre à l'évidence, Cadmus n'avait aucun ami. Et Etzios était bien le dernier qui voudrait le devenir.

La cour qui leur avait été réservée était plus petite, à l'écart entre l'écurie et les murailles du château. Des murailles que Cadmus avait toujours trouvé à la fois imposantes, rassurantes et effrayantes. Comme le reste de cet endroit en réalité. Il s'était toujours senti comme un poisson hors de l'eau ici. Mais pouvait-il vraiment affirmer qu'il s'était senti à l'aise au moins une fois quelque part ? Non, le genre de malaise était différent, voilà tout. En pensant à ça et faisant les cents pas dans cette cour qu'il estimait minuscule, il ne pouvait s'empêcher de rager d'avantage contre cette Paven qui ne venait toujours pas.

« Vous êtes en avance les mioches. »

Sursaut de surprise. Le blond se retourna brusquement, l'instructrice était à peine à dix mètres de lui, comment avait-il pu ne pas la voir ? Quel imbécile il faisait. Il jeta un regard plein d'amertume à son camarade perché dans l'arbre, sans doute celui-ci l'avait-il vu. Mais cela devait être tellement plus plaisant de le voir s'humilier ainsi. Pourquoi le protégeait-t-il déjà ? Il n'en savait rien.

« Et pour la question, oui, j'ai remarqué ton ami le moineau dans son arbre, mais on s'occupera de lui plus tard, pour l'instant, c'est toi qui m’intéresse. »

Il haussa les épaules, sceptique. Puis failli sursauter une nouvelle fois lorsque la femme s'approcha de lui en claudiquant. Il grimaça malgré lui à cette démarche familière. Puis il la toisa de la tête au pieds. Un mètre quatre-vingt-dix, au moins. Il se sentit soudain minuscule.

« Et oui, mon petiot, blessure de guerre, ça te répugne ? » Sourire presque provocateur.

« Euh, non, je... » Il n'eut pas le temps de finir.

« On m'a beaucoup parlé de toi, Varunar, non, Cadmus. Un gamin à problème hein ? Nombre impressionnant de bagarres. La dernière c'était pour lui sauver la peau ? » Elle désigna Etzios d'un signe de tête, ce dernier ne daigna même pas lever les yeux de son carnet. « Pourquoi exactement ? »

« Parce qu'il était faible. » Répondit sèchement le blond en levant un regard dur vers son instructrice. Cette dernière haussa les épaules, comme si elle s'attendait à ce genre de réponse. Elle arborait même un air blasé. « Et bien ça, c'est à moi d'en juger, pas à toi. ».

Sans plus de formalité, elle jeta l'une des épées d’entraînement qu'elle tenait aux pieds de Cadmus, qui lui échangea un regard critique. Il n'allait pas se battre contre une infirme, si ?

« Ne t'en fais pas pour moi, va. » Lança la bonne femme comme si elle avait lu dans les pensées de son cadet. C'est sur ces mots qu'elle se mit en garde. Cadmus fit de même, saisissant l'épée qui lui avait été confiée.

« Dis-moi, Cadmus, je voudrais savoir quelque chose. Pourquoi es-tu ici ? Est-ce simplement parce que ton papounet t'as forcé ou tu as un réel but ? »  

Ses doigts se resserrèrent sur la poignée de l'épée, il détestait qu'on fasse allusion à son père et à l'emprise que ce dernier pouvait avoir sur sa vie. Il voulait croire qu'il était libre, loin de manoir familial, loin du nord et des montagnes. Juste proche de la mer et d'un peu de calme.

« Non » Cracha-t-il.

« Alors quel est ton but ? »

« Je veux... »

Il s’interrompit. Un but ? Il n'y avait jamais clairement penser. Il était là parce que le destin l'avait voulu, parce qu'il était normal pour tout homme noble de Tharros de faire ses classes à l'armée. Parce que son père...

Non...

« Je suis ici pour apprendre à me battre. Pour protéger les plus faibles face à ceux qui profitent de leur puissance comme des porcs en manque de domination. »

Paven se contenta de hausser un sourcil.

« Et bien, quelle verbe. Voyons si les actions suivent les paroles. » Elle lui adressa un sourire étrange, presque cynique. « Mais permet-moi d'en douter, tu es et restera un Varunar, quoi qu'il arrive. »

La rage que cela provoqua chez Cadmus se révéla incontrôlable, elle se mua en un cri furieux et il se précipita, épée en avant sur cette femme qui avait osé lui rappeler ses origines abjectes. Paven, pour sa part, ne bougea pas d'un pouce, et quand l'épée du blond était sur le point de l'atteindre, elle la saisit et la stoppa d'une poigne de fer. Ce qui eut pour effet de stopper Cadmus dans son élan et de lui enfoncer le paumeau de l'épée en pleine estomac. Si il ne ressentit aucune douleur, il ne put empêcher les spasmes et la régurgitation au sol qui s'en suivit.

« Dis-moi où est ton erreur, Cadmus. »

Il s'essuya la bouche et se releva péniblement, chancelant.

« Vous m'avez provoqué et je... »

« Tu as répondu à la provocation. Oui. Quelqu'un qui souhaite défendre une personne ou une cause ne doit pas agir poussé par un orgueil mal-placé. Apprends à agir avec ta tête avant d'agir avec ton cœur, sinon, abandonne, ton attitude ne te mènera nulle-part. »

Il peut à peine le temps de répliquer que Paven conclut son discours par un simple : « C'est terminé pour toi, à son tour maintenant. »

Elle se dirigea tranquillement vers l'arbre où De Latsis avait choisit de se percher. Elle leva les yeux, soupira et lui lança d'une voix ferme mais dénué d'animosité : « Etzios, descends, toi et moi on doit parler. »

Ce ne fut qu'à cet instant que Cadmus comprit les réels tenants et aboutissants de cet « entraînement ». Paven les jaugeait, tout bonnement et simplement. Et il s'était comporté comme un idiot.  

***

[Flashback] Do you remember...? 5uoy
Etzios
Etzios
195
18/01/2020

Feuille de personnage
Âge: 27 ans
Métier: Mercenaire
Couleur: #3E9793
MERCENAIRE
[Flashback] Do you remember...? EmptyDim 24 Mai - 18:12
Do you remember?
Aube. Les premiers rayons du soleil caressent ton visage semi-réveillé. Confortablement installé dans l’arbre, tu étais venu contempler les étoiles. Tu as finis par t’assoupir entre les branches. Bonne chose. Tu avais parfois du mal à supporter la présence du blond dans votre espace commun. Solitaire. Ce besoin incontrôlable d’être seul avec toi-même. Tu avais profiter de la noirceur de la nuit pour t’échapper; te retrouver. Nouveau carnet entre les mains; tu as brûlé le précédent. Page blanche. Tu éprouves une certaine crainte à y poser ton crayon de plomb; tracer quelques esquisses. Et si on violait une seconde fois ton intimité? Tu ne cesses d’y penser. Tu serres le cahier contre ta poitrine. Seras-tu capable de protéger celui-ci?

La lumière du soleil réchauffe doucement la cour. Tu t’étires. Crinière dorée. Du coin du regard, tu perçois cette tête, facilement reconnaissable, s’approcher. Il lève les yeux en ta direction; tu évites d’y croiser les tiens. Depuis cet incident avec Panope, tu cherches à éviter toute interaction avec l’héritier des Varunar.  Rancune. Tu peux qualifier cela ainsi. Par son intervention, tu avais passé un sale quart d’heure dans les sanitaires ce soir-là. Étiquette. Que tu le veuilles ou non, tu étais désormais perçu comme étant son petit protégé. Ton corps récoltait la haine accumulée à son égard.

- Vous êtes en avance les mioches.

Une femme très grande; ravagée par les années. Il est maintenant l’heure de descendre de ton perchoir… ou pas encore. En effet, elle ne semble vouloir s’intéresser à toi pour le moment. Confort. Sécurité. Tu préfères les observer de ton lit de fortune. Curieux de ton nouvel instructeur, tu la scrutes en détails. Son apparence, la moindre de ses cicatrices, ses mimiques, la façon avec laquelle elle prononce le moindre mot… Un fort caractère s’en dégageait; le genre de dame qu’il ne fallait point provoquer. Or, ton colocataire ne semble s’en apercevoir. Oreille distraite. Malgré toi, tu ne peux t’empêcher d’écouter leur discussion. Protection. Si cela était réellement ces intentions, ces quelques bleus sur ton corps ne seraient là pour en témoigner du contraire. Il ne t’avait sauvé; il t’avait condamné.

Un affrontement à l’épée s’en suit. Elle le provoque. Le borgne tombe stupidement dans son piège. Le combat prend fin rapidement. Déception. Tu ne te caches que tu t’attendais à mieux de la part de ton camarade. Outre se bagarrer avec les autres, il ne semblait très doué. Différent de tes souvenirs; premières impressions. Paven s’approche de ton arbre. Tu ranges discrètement ton carnet entre deux branches. Bien qu’il était dénudé de toute ébauche, tu ne prenais le risque qu’on puisse le toucher à nouveau.

- Etzios, descends, toi et moi on doit parler.

Tu t’exécutes sans broncher. La présence des ecchymoses sur ta peau n’enlève rien à ton agilité. Tu sautes de la branche; atterri sur tes deux pieds. Elle t’examine à ton tour. Sans se gêner, elle soulève quelques mèches de ta frange de ses doigts. Elle soupire à la vue de l’hématome surplombant ton arcade sourcilière.

- Je ne me souviens pas qu’on m’ait dit que tu étais un bagarreur toi aussi, commence-t-elle. Qui t’a fait ça?

Ton regard se pose aussitôt sur le blond. Tu le fusilles. Elle hausse un sourcil. Elle croit comprendre.

- C’est lui?

Lèvres scellées; tu réponds à la négative d’un signe de la tête. Fautif sans être le coupable. Conséquence indirecte de son supposé sauvetage improvisé. Néanmoins, tu refuses de prononcer le moindre mot. Pas devant lui. Il cherchera à te venger. Il en est hors de question. Plus il t’implique dans ses problèmes, plus tu en subiras les répercussions.

- Suis-moi, petit.

Elle t’invite à la suivre un peu plus loin dans la cour. À ton tour, tu penses devoir affronter la femme en combat singulier. Au contraire, elle se pose calmement devant toi, mains derrières le dos.

- Ton camarade ne peut pas nous entendre ici. Alors, dis-moi qui t’a fait ça.

Tu tournes légèrement la tête; t’assures toi-même que le borgne se trouve assez loin pour ne pas entendre tes prochains propos. S’il pouvait entendre vos voix, il n’était en mesure de discerner vos paroles. Ton regard retrouve l’air sévère du mentor. Air quelque peu hésitant.

- La bande de Panope, Madame.
- Et pourquoi ça?
- Car Cadmus est venu me défendre, Madame.

Elle regarde les contusions sur tes bras. Cette fois-ci, elle ne se gêne à soulever ton haut pour en découvrir plusieurs autres. Elle soupire longuement. Elle libère ton vêtement.

- Et pourquoi tu ne t’es pas défendu?
- Cela était inutile, Madame.

Ses sourcils se froncent davantage. Jugement. Ce regard était le même que t’accordait le blond. Incompréhension. Tu ne ressentais pas plus le besoin de t’expliquer.

- Tu sais, je connais personnellement ton père ainsi que ta soeur. À la mention de ton nom, je ne m’attendais pas du tout à ce genre de... tempérament de ta part. Tu es entré dans l’armée par ordre de ton père, je suppose?
- Oui, Madame.
- Ça te fait déjà un point commun avec ton camarade.

Tu ne comprends où elle veut en venir. À tes yeux, tu ne ressemblais en rien avec le borgne. Elle le perçoit; arrive à le lire dans ton regard. Un petit sourire naît sur ses lèvres creusées.

- Tu refuses peut-être de le voir, pour l’instant, mais vous êtes plus similaires que tu ne le crois.

Elle te contourne et revient lentement vers le bond.

- Sur un champ de bataille, agir seul ne te mènera nulle part. Si tu souhaites répondre aux exigences de ton père, tu ferais mieux d’accepter l’aide des autres. Tu as peur qu’il souhaite te venger s’il voit tous tes bleus, n’est-ce pas? C’est pourquoi tu n’as rien dit tout à l’heure? Au lieu d’y voir les conséquences, essaie plutôt d’y voir ses bonnes intentions. C’est ça, l’esprit de camaraderie.


***

I wanna be heard
but leave no trace
I wanna be seen
but take no space
I wanna be
I wanna be
Leave no trace
I wanna be
I wanna be
Take no space
Cadmus
Cadmus
140
01/02/2020

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Métier: Capitaine de la garde royale
Couleur: #3A447C
GARDE ROYAL
[Flashback] Do you remember...? EmptyLun 25 Mai - 15:56

Do you remember?

Feat Etzios

Sans rien dire, il les regarda s'éloigner. Quand il furent assez loin pour empêcher toute entente mutuelle, il poussa un soupire lourd. Il les avaient vu, les bleues partout sur le corps d'Etzios. Pourquoi cette abruti ne voulait pas de sa protection ? Encore, il pouvait comprendre cela. Mais pourquoi ne répliquait-il jamais ? Il ne comprenait vraiment pas, dès qu'il en avait eut l'occasion, Cadmus avait répliqué. Dès que Valar n'était plus la pour le frapper, pour le torturer ou pour l'insulter, il avait frappé.

Dès qu'il s'était rendu compte que sa relation avec son père n'avait rien de normal, il avait frappé. Ivre de rage contre le destin lui-même. Contre Ilios ? Non, il secoua la tête. Pas contre Ilios, il ne pouvait pas. Sans s'en rendre compte, il se mit à chantonner une prière à la déesse que sa mère lui avait apprise.

« Tu chantes plutôt bien... »

Cadmus sursauta et se retourna brusquement. Paven était de retour et l'autre abruti aussi. Il ouvrit la bouche pour pousser un juron mais c'est un soupire de gène qui en sortit. Les yeux rivés au sol, il se contenta de marmonner.

« Je ne voulais pas être entendu... »

Paven éclata d'un rire franc avant de répliquer : « Et bien il ne fallait pas chanter, mon garçon ! »

Le blond garda un instant le silence avant de se redresser sur toute sa hauteur, cette fois un grand sourire aux lèvres. Il n'était absolument pas sur de lui et se prendrait sans doute la raclée de sa vie mais la soif d'apprendre avait remplacé la frustration et la colère.

« Je veux une revanche ! »

La femme lui répondit par un second rire et un regard taquin. Il ramassa son épée et se mit en garde, elle en fit de même. La danse commençait, une danse que Cadmus connaissait bien, faites de charge, de pare et d'esquive. Paven était douée, très douée, trop douée pour lui. Bien souvent, il se retrouver à manger le sol mais il se relevait toujours, le front et le nez en sang. Elle n'y allait pas de main morte, mais il gardait le sourire. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eut de duel comme celui-là. Ce ne fut qu'une fois épuisé et incapable de se relever que Paven s'exclama d'une voix forte et autoritaire.

« A toi, Etzios ! »

***

Le soleil se couchait lentement, donnant au ciel un mélange de couleur mauve et sanguine. L'air était froid, la bénédiction de Kaara touchait à sa fin et le repos était bien installé. Mais Cadmus ne semblait pas y préter attention, assis sur le banc tandis que le jour disparaissait à l'horizon, il lisait encore et encore la lettre que son père lui avait envoyé, essayant d'y trouver quelque chose qui de toute évidence n'y était pas.

« Cadmus ? »


Le blondinet releva la tête, Paven se tenait à ses cotés. Il eut un petit rire.

« Je vous vois jamais arriver, c'est fou... »

Son rire s'évanouit en croisant le regard de son instructrice. Elle était inquiète. Les bras croisée et droite comme un I, elle le toisait. Essayait de lire en lui. Puis elle finit par venir s'asseoir à ses cotés sur le banc et de lui donner une petite tape dans le dos.

« Tu n'étais pas concentré aujourd'hui, à l'entrainement. »

Il haussa les épaules et retourna dans sa lecture. Il avait pourtant lu cette lettre une cinquantaine de fois, assis sur ce pauvre banc comme un idiot mais il ne parvenait ni à laisser sa colère s'échapper ni sa tristesse. Frustré, il l'était totalement.

« Etzios s'inquiète... » Il la coupa immédiatement. « Ne mentez pas, s'il vous plaît. »

Elle lui jeta un regard que Cadmus interpréta comme de la pitié et il grogna, énervé, froissant entre ses mains cette lettre de malheur. Elle n'avait pas à le prendre en pitié, c'était assez humiliant comme ça.

« Cadmus...C'est cette lettre, pas vrai. » Paven pointa le bout de papier du doigt. « C'est ton père. »

Il hocha la tête en riant d'un rire sans joie. Oui, c'était bien Valar. Tout son style, une lettre méprisante. Il le critiquait, comme toujours. S'offusquait qu'un Varunar se retrouve dans la fâcheuse position de devoir faire appel aux services d'une infirme à qui on confiait les cas perdus.

« Valar est une ordure, tu le sais, je le sais, ne te prends pas la tête avec ça. »

Cadmus sentit sa respiration s’accélérer. Si elle continuait, il savait ce qui allait se passer. Il ouvrit la bouche, mais garda son mutisme, sa gorge était bloquée par cette émotion naissante. Il jeta un regard presque suppliant à Paven qui lui rendit son regard d'un air sérieux et à la fois rempli d'une tendresse presque maternelle.

« Fiston, si tu veux pleurer, fais-le. »


Avant même qu'il puisse faire non de la tête, il se trouvait à éclater en sanglot. Des sanglots qui redoublèrent quand il sentit les bras de Paven l'entourer et le serrer contre elle. Tout ce qu'il parvint à dire, déchiré par ses pleures, ce fut une misérable plainte.

« Pourquoi ? Pourquoi même après tout ce qu'il m'a fait, je veux qu'il soit fier de moi ? »

Pour toute réponse, elle le serra d'avantage. Il pleurait à présent contre son épaule, incapable de se maîtriser. Lorsque son œil s'entrouvrit et qu'il releva la tête, ce fut pour apercevoir Etzios au dessus de l'épaule de Paven. Il étouffa un cri.

« Non... » Murmura-t-il en s'extirpant brutalement de l'étreinte.

Paven tourna la tête, elle parut comprendre et se leva, échangeant avec Etzios quelque mots pendant que ce dernier dévisageait Cadmus d'un air curieux. Ce dernier se contenta d'esquiver son regard, un air furieux et bouleversé gravé sur le visage.  

***

[Flashback] Do you remember...? 5uoy
Contenu sponsorisé
[Flashback] Do you remember...? Empty

Laisse-nous un petit mot !
NOS PARTENAIRES
[Flashback] Do you remember...? 64ozdecay-100[Flashback] Do you remember...? Hokv_b11 [Flashback] Do you remember...? Part6Hell Dorado